Bienvenue sur KH-Reborn RPG
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum déménage : Par ici ~

Partagez | .
 

 Un coin isolé pour finir chez Misato [PV Len].

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 58
Date d'inscription : 27/07/2010
Age : 23
Localisation : Seule en haut d'un arbre.

Feuille de personnage
Anneaux: Aucun
Arme : Revolver attaché à une ceinture nouée à sa cuisse et cachée sous sa jupe (vive la précision)
Argent: 110 000 ¥

MessageSujet: Un coin isolé pour finir chez Misato [PV Len].   Mer 25 Aoû - 14:44

Les jours passaient à une vitesse vertigineuse, se transformant en semaines. Je m'étais approprié une place en cours, près de Hibari. Pendant qu'il regardait par la fenêtre, je concentrais mon attention sur le professeur, lançant cependant quelques regards furtifs à mon voisin. Lors de nos pauses, on allait s'assoir, tous les deux, seuls, dans un coin généralement pas fréquenté. Je ne lâchais pas sa main, aussi nous étions en contact constant. C'était un.. geste incontrôlé, je ne le faisais pas exprès, sa main m'attirait, elle appelait la mienne. Comme un aimant.

Vous me demanderez, la raison pour laquelle je n'étais pas avec lui en ce moment ? Eh bien, il se trouve que mon Chef de Discipline préféré avait quelques personnes à corriger. Je marchais donc, me promenant seule dans le lycée. Je n'adressais pas la parole aux gens, les seules personnes à qui je daignais répondre en dehors de Hibari étant les professeurs. Admirant le ciel, je flânais, la tête dans les nuages. Je voulais profiter de ma seule heure de libre de la journée, d'autant plus que j'étais seule dans ce coin. Je voulais prendre l'air car, une fois les cours finis, je devrais me rendre à mon travail.

J'inspirai une bonne bouffée d'air pur et me remplit les poumons. J'ouvris grand les bras et fit un tour sur moi-même, jouissant de ce bonheur. Je courus vers un arbre et commençai à grimper. Je m'assis à la plus haute branche un moment, fermant les yeux et respirant cet air doux et paisible qui me rendait bien. Je me levai et commençai à marcher en équilibre sur la branche, les bras ouverts. J'aperçus un oiseau et me dirigeai lentement vers lui. J'aimais la nature, j'aimais les animaux. Je m'assis près de l'oiseau, admirant ses belles plumes. Je soupirai de fascination, mais il m'entendit et paniqua. Je me mordis la lèvre, et il me vola à la figure.


*Aaah ! Je n'vois plus rien !*


Ses ailes me fouettaient le visage. Je fis de grands mouvements avec mes bras pour qu'il s'en aille, en vain. Je perdis l'équilibre. Une longue chute s'en suivit. Les branches m'écorchaient le visage, les bras, les cuisses, les jambes, les pieds. L'une d'elle alla jusqu'à déchirer ma chemise et me faire une entaille dans le ventre. J'atterris enfin après un éboulement interminable. Quelque chose amortit le choc, mais j'émis quand même un petit cri de douleur. J'ouvris les yeux et constatai que j'étais tombée sur quelqu'un. Je me relevai péniblement, ne tenant pas sur mes jambes, une main sur mon ventre qui saignait. J'étais vraiment dans un sale état. La chemise déchirée, laissant apparaître mon soutien-gorge qui plus est, la jupe froissée, les jambes écorchées, les cheveux en pagaille et pleins de feuilles. Je marmonnai un "désolée" avant de m'effondrer par terre, les yeux fermés, les sourcils froncés de douleur.

____________*_*________
Ex gardienne de la foudre de la famille Cavallone ; à présent gardienne de la foudre de la famille Kagamine.



Vilaine ange démoniaque provocatrice guitariste croisée avec un poisson rouge coquin joueur fumeur et buveur de Saké
Autrement dit Misato Komatsu Kôzuki Kyôya Kagamine [Le meilleur pour la fin Razz]
~~

Len K., je t'aime.


Dernière édition par Misato Komatsu le Sam 28 Aoû - 1:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 18/08/2010
Age : 22

Feuille de personnage
Anneaux: Anneau du ciel Kagamine, anneau de la foudre hérité par son père, quelques anneaux du ciel (pureté A et B) et anneaux de la foudre (pureté A-D).
Arme : Deux simples guns.
Argent: 10 000 ¥

MessageSujet: Re: Un coin isolé pour finir chez Misato [PV Len].   Mer 25 Aoû - 15:34

Il somnolait, mine de rien. L'air frais venant caresser son visage d'ange. Les oiseaux chantonnaient, jouaient ou dormaient paisiblement, comme notre bon vieux Len. Alors qu'il était plongé dans le monde du rêve, il fut brusquement réveillé par quelque chose, ou plutôt quelqu'un qui était tombé sur lui. A peine avait-il ouvert les yeux qu'il eut une vue directe sur la chemise déchirée de la jeune fille, ou autrement dit, son soutien-gorge. Len rougit violemment et détourna automatiquement le regard. La jeune fille s'étant relevée, s'effondra à nouveau après avoir marmonné un "désolée" mais cette fois-ci, par terre. Len se leva et l'aida à se remettre debout.

"Tu n'as rien ?"


Il aperçu la blessure au niveau du ventre. Aïe, aïe, aïe... Il lui proposa d'aller se faire soigner à l'infirmerie mais celle-ci hocha la tête en guise de non, disant que ce n'était rien de grave. Tant pis... comme elle voudra. En plus de sa blessure au bide ventre, elle avait des écorchures aux bras, aux jambes, ainsi qu'au visage. Len lui demanda, légèrement inquiet, si était sûre d'elle, mais elle continuait à acquiescer malgré la douleur qui se reflétait sur son visage.

"Attends, laisse moi voir."


Sans attendre de réponse, il examina sa plaie ventrinaleuse principale, puis, déchira un bout de sa chemise qu'il enroula autour de son ventre, en diagonale, pour enfin le nouer au niveau de la hanche. La jeune fille semblait gênée, mais il n'y prêta aucune attention, lui adressant un sourire amical.

"Au fait... Tu vas faire comment pour ta chemise ?"


Dit-il en rougissant, détournant de nouveau le regard.

____________*_*________



Don't fuck with me...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 58
Date d'inscription : 27/07/2010
Age : 23
Localisation : Seule en haut d'un arbre.

Feuille de personnage
Anneaux: Aucun
Arme : Revolver attaché à une ceinture nouée à sa cuisse et cachée sous sa jupe (vive la précision)
Argent: 110 000 ¥

MessageSujet: Re: Un coin isolé pour finir chez Misato [PV Len].   Mer 25 Aoû - 15:57

J'étais... gênée, mais reconnaissante. Ce sourire amicale que mon soigneur adoptait me fit sourire à mon tour. Il était vraiment mignon, avec ses cheveux blonds et son casque sur la tête. Ma main se dirigea seule vers lui, puis je me rendis compte de mes actes et la laissai tomber. Je voulais caresser ses cheveux, ils semblaient si doux... Je voulais toucher ses mèches, jouer avec entre mes doigts. Le nœud qu'il fit à ma hanche me ramena à la réalité.

*Au fait... Tu vas faire comment pour ta chemise ?*


Il rougit et détourna le regard, ce qui m'arracha un léger rire. Je passai une main dans mes cheveux, les remettant en arrière, avant de lui adresser un regard de gratitude. Je repensai à sa question et me mordis la lèvre.

*Euh... Bonne question. Je crois que je ne vais pas aller en cours et rentrer chez moi.*


Je remarquai sa mine choquée et éclatai d'un rire qui ne tarda pas à se transformer en gémissement de douleur.

*Ne t'inquiète pas pour moi, ça va aller. Merci beaucoup. Et pour ce qui est de ma tenue... si quelqu'un m'aborde dans la rue il le regrettera !*

J'émis un léger rire rassurant et lui souris. Je le dévisageai et constatai alors sa beauté. Rougissant quelque peu, je regardai ailleurs. J'époussetai ma chemise déchirée ainsi que ma jupe, l'arrangeant par la même occasion. Je vérifiai discrètement que mon arme était toujours en place. Parfait. Je me recoiffai légèrement, enlevant un maximum de feuilles de mes cheveux. Je souriais toujours.

*Au fait, moi c'est Misato. Et désolée de t'être tombée dessus !*


Je passai encore ma main dans mes cheveux, nerveusement cette fois-ci, en regardant ailleurs. Je n'avais pas l'habitude de parler aux gens, j'étais donc légèrement gênée.

____________*_*________
Ex gardienne de la foudre de la famille Cavallone ; à présent gardienne de la foudre de la famille Kagamine.



Vilaine ange démoniaque provocatrice guitariste croisée avec un poisson rouge coquin joueur fumeur et buveur de Saké
Autrement dit Misato Komatsu Kôzuki Kyôya Kagamine [Le meilleur pour la fin Razz]
~~

Len K., je t'aime.


Dernière édition par Misato Komatsu le Sam 7 Mai - 0:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 18/08/2010
Age : 22

Feuille de personnage
Anneaux: Anneau du ciel Kagamine, anneau de la foudre hérité par son père, quelques anneaux du ciel (pureté A et B) et anneaux de la foudre (pureté A-D).
Arme : Deux simples guns.
Argent: 10 000 ¥

MessageSujet: Re: Un coin isolé pour finir chez Misato [PV Len].   Mer 25 Aoû - 22:47

Len était choqué. Rentrer chez elle ? Dans cette tenue ? Mais... Elle rigolait ou quoi ? On voyait tout, n'importe qui pourrait l'aborder, l'agresser, la violer. Celle-ci se contenta d'éclater d'un rire qui se transforma en un gémissement de douleur. "Si quelqu'un m'aborde dans la rue, il le regrettera" ? Qu'est-ce qu'elle voulait dire par là ? Elle émit un léger rire rassurant et lui sourit. Len passa nerveusement une main dans ses cheveux, se les ébouriffant légèrement. La jeune fille devant lui était plutôt mignonne, charmante, attirante. Il sourit.

« Au fait, moi c'est Misato. Et désolée de t'être tombée dessus ! »

Il laissa échapper un rire et répondit.


« Ce n'est rien voyons. Moi c'est Len, enchanté miss. »


Len remarqua la mine toujours aussi gênée de Misato. Il lui adressa un grand sourire, perdant son regard dans les yeux miel de la jeune fille, puis commença à la dévisager. Ses cheveux blonds foncés mi-longs lui tombaient sur les épaules et cachaient quelque peu son cou à la chair si tendre et si juteuse. Son regard se baissa automatiquement vers sa poitrine et il se perdit un instant dans sa contemplation, puis se ressaisit, rougissant légèrement et la regarda de nouveau dans les yeux, un petit sourire au lèvres.


« Tu veux que je te raccompagne chez toi ? »


Celle-ci le regarda bizarrement.

« Nan mais va pas croire n'importe quoi ! Je veux juste m'assurer que tu rentres bien. »


Puis bon... une petite balade, rien de mieux pour faire connaissance avec une si belle et attirante jeune fille. Ils quittèrent le lycée prirent le chemin de chez Misato, passant par des quartiers plutôt chics pour finir dans des quartiers pauvres. Certains bâtiments étaient en ruines… Sacrée ambiance. Des voyous les abordaient, ou plutôt, abordaient la jeune fille qui accompagnait Len, attirés par sa… tenue, l’approchant. Misato ne leur prêtait pas vraiment d’attention, quant à Len… ça l’énervait. Il leur lançait un regard noir, du genre « pas touche à ma copine ou tu vas le regretter », ce qui ne faisait pas vraiment d’effet. Et oui, le visage angélique de Len n’avait rien d’effrayant. Il fut choqué lorsqu’ils s’arrêtèrent, devant une porte, qui devait sans doute être celle de Misato. Effectivement, celle-ci confirma ses dires. Comment une fille comme elle pouvait vivre dans ce genre de quartier ?! Elle passait donc souvent par là ? Et… elle s’en sortait ?


« Comment tu fais pour vivre ici, avec tous ces voyous ? Tu prends d’énormes risques… Et t’arrives à t’en sortir ? Franchement, chapeau ma fille. Je ne dis pas que t’es une pauvre petite fille toute choute sans défense, faut pas le prendre comme ça mais… ça me choque. »


Misato éclata de rire. Sacrée réponse. Elle releva sa jupe –ce qui fit quelque peu rougir le blondinet qui l’accompagnait–, révélant son arme, attachée à une ceinture nouée à sa cuisse. Un revolver, tout comme Len, quoique lui en possédait deux. Intéressant…

« Ne le dis à personne. C’est un revolver qui m’a été offert par un ami. Je l’utilise souvent pour me sortir de ce genre de situation. »


Et ben… Sacrée jeune fille. Elle releva de nouveau sa jupe –faisant donc rougir une deuxième fois Len– afin de rattacher son arme à sa ceinture et lui adressa un petit sourire rassurant qui allait de pair avec son petit air innocent, du genre « tu n’as rien à craindre, je n’ai pas l’intention de commettre un meurtre cette nuit ». Elle avait intérêt…

« Attends-moi ici, je vais me mettre dans une tenue… correcte. »


Dit-elle en rougissant légèrement avant d’ouvrir la porte de sa demeure et d’entrer, se dirigeant vers les escaliers menant à sa chambre. Len se dit que l’attendre à l’intérieur serait… mieux. Non, ce n’était pas poli d’entrer sans accord, mais c’était plus fort que lui. L’intérieur de n’importe quelle maison l’attirait.

« Waaah ! C’est drôlement petit chez toi ! »


Il monta les escaliers, visitant chaque recoin du haut, sauf bien évidemment la chambre où la résidente se changeait. Il redescendit, baillant et levant les bras vers le plafond pour s’étirer, laissant apparaitre ses deux guns pile au moment où Misato avait fini de se changé et ouvert la porte, ayant une vue directe sur ses armes. Grillé mon petit Len. La blondinette s’approcha discrètement de lui et lui piqua ses deux revolvers. Celui-ci se retourna brusquement.

« Tu veux les récupérer, hein ? Attrape-moi alors ! »


A ces mots, elle s’enfuit, remontant les escaliers et se réfugiant dans sa chambre. Len lui courut après, essayant de forcer –gentiment– la porte. La jeune fille céda, ce qui permit au blondinet de pouvoir rentrer. Il lui courut après dans toute la chambre et réussit à la piéger. Comment me diriez-vous ? Elle était derrière son lit, et lui devant elle. Il lui bondit dessus –sans sous-entendus–, la poussant sur le matelas et tombant sur elle.


« Puis-je récupérer mon arme, mademoiselle la joueuse ? »

____________*_*________



Don't fuck with me...:
 


Dernière édition par Len Kagamine le Lun 30 Aoû - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 58
Date d'inscription : 27/07/2010
Age : 23
Localisation : Seule en haut d'un arbre.

Feuille de personnage
Anneaux: Aucun
Arme : Revolver attaché à une ceinture nouée à sa cuisse et cachée sous sa jupe (vive la précision)
Argent: 110 000 ¥

MessageSujet: Re: Un coin isolé pour finir chez Misato [PV Len].   Jeu 26 Aoû - 13:54

Len était à califourchon sur moi, pauvre fille plaquée sur mon lit. J'étais piégée. Je lui souris en levant les yeux au ciel. Je ne pouvais pas lui rendre ses armes, je les avais attachées près de mon revolver, c'est à dire... sous ma jupe.

*T'es rapide hein. Et puis, mademoiselle la joueuse, comme tu dis... a encore envie de jouer.*

J'émis un léger rire en me mordant la lèvre et passai à l'attaque. Je poussai -pas violemment, hein- Len pour me relever et me diriger rapidement vers la porte de ma chambre, mode provocatrice enclenché. Posant une main sur la traverse, je rejetai la tête, sourire aux lèvres, faisant virevolter mes cheveux et levant ma jambe. J'affichai une mine coquine, et me mordis la lèvre inférieure, gamine, avant d'adresser un clin d'œil à Len et de dire d'une voix quelque peu... lascive :

*Viens les chercher, tes armes.*

J'émis un léger rire avant de reprendre ma course, déboulant dans la cuisine. Oups. Coincée. Len se tenait dans l'encadrement de la porte, souriant. Je souris également, consciente que j'étais piégée. Je reculai jusqu'à ne plus pouvoir faire un pas. Le potager était derrière moi. Le blondinet s'avançait dangereusement. Je pris appui sur le plan de travail et grimpai m'y assoir. Len était maintenant à cinq centimètres de moi. Je sentais ses doigts se balader le long de mes cuisses pour passer lentement à l'arrière de mes genoux. Là, il profita de l'emplacement de ses mains pour se rapprocher de moi. Il ôta lentement ses doigts, effleurant mes jambes et me faisant frissonner.

*Alors... Où est-ce que tu les as planquées, petite coquine ?*

Son ton gamin me fit sourire. Ses doigts frôlaient de temps en temps mes jambes, me procurant la même sensation qu'un léger choc électrique. Je sentais que j'étais un peu... rouge mais je n'y accordais aucune importance. Je me mordis la lèvre.

*...Tu n'as qu'à voir... près de mon revolver.*


Je lui fis un grand sourire, les yeux pétillants de malice, les joues roses, mes jambes frémissant à son doux contact.

____________*_*________
Ex gardienne de la foudre de la famille Cavallone ; à présent gardienne de la foudre de la famille Kagamine.



Vilaine ange démoniaque provocatrice guitariste croisée avec un poisson rouge coquin joueur fumeur et buveur de Saké
Autrement dit Misato Komatsu Kôzuki Kyôya Kagamine [Le meilleur pour la fin Razz]
~~

Len K., je t'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 18/08/2010
Age : 22

Feuille de personnage
Anneaux: Anneau du ciel Kagamine, anneau de la foudre hérité par son père, quelques anneaux du ciel (pureté A et B) et anneaux de la foudre (pureté A-D).
Arme : Deux simples guns.
Argent: 10 000 ¥

MessageSujet: Re: Un coin isolé pour finir chez Misato [PV Len].   Jeu 26 Aoû - 16:21

Près de son revolver qu'elle disait. Il glissa de nouveau sa main sous sa jupe, la faisant frissonner, laissant ses doigts se balader sur sa cuisse. Il sentit quelque chose de... dur bizarre, qui n'était pas de la chair. Sans doute sa ceinture. Il posa sa main sur un des revolvers et s'arrêta.

« C'est pas drôle si tu ne réagis pas... »


Il empoigna l'arme et ôta sa main de sous la jupe de Misato, qui avait légèrement rougit après ça. Oh... il s'est trompé de gun, il a prit celui qui n'était pas le sien. Il esquissa un sourire et recula de quelques pas, puis, à une distance plus ou moins convenable, se retourna et se mit à courir, essayant de trouver refuge dans un des coins de la maison. Il entra dans une chambre, au pif, et ouvrit le placard de la pièce. Quelle chance, il était vide. Il s'engouffra là-dedans, attendant que sa poursuivante vienne le chercher.

*Elle en met du temps...*


C'est là qu'il fit tomber le revolver de Misato. Oups, repéré. La jeune blondine ouvrit la porte du fameux placard et fit sortir Len de ce dernier. Elle le poussa sur le lit, se mettant à califourchon sur lui, lui demandant de lui rendre. Inversion des rôles. Len sourit.

« Pas tant que tu ne m'auras pas rendu les miens ma cocotte. »


Misato appliqua la technique des chatouilles. Len avait horreur de ça. Il contre-attaqua de la même façon, mais avec une seule main. L'autre tenait le revolver de miss « je suis un peu coquine sur les bords ». Visiblement, elle craignait elle aussi les chatouilles. Il s'arrêta lorsque la blondinette aux yeux miel saisit la main qui tenait son arme, essayant en vain de lui arracher des doigts. Len le tenait si fermement qu'elle peinait pour le lui reprendre, mais au bout d'un certain temps, elle y parvint. Elle afficha une mine victorieuse avant de tenter de se relever. Len la prit par le bras et la tira vers lui. Misato tomba donc sur lui, rouge.

« T'as pas oublié quelque chose ? »


Leurs visages étaient maintenant à cinq centimètres l’un de l’autre. Chacun sentait le souffle de l’autre sur lui, les faisant tous deux frissonner. Ils restèrent ainsi quelques secondes avant que Misato ne retente de se relever une nouvelle fois. Len la tira encore une fois vers lui, puis, lui saisit le cou de ses deux mains, l’attirant petit à petit vers lui. Ses lèvres effleurèrent les siennes, faisant frissonner les deux jeunots à nouveau, puis il l’attira une nouvelle fois pour combler le vide. Leurs lèvres entrèrent définitivement en contact. Len entrouvrit légèrement les siennes, glissant sa langue dans la gueule bouche de Misa-chan, cherchant la sienne. Après un doux moment, il se sépara d’elle, plongeant son regard dans le sien. Elle avait nettement rougit après l’acte de monsieur « je ne te laisserai pas te relever, muahaha », ce qui faisait sourire le blondinet.

« Excuses-moi… »


Dit-il en détournant le regard, se rendant compte de ce qu’il avait fait. Pourtant, il n’était pas du genre à détourner le regard pour si peu, c’était un habitué. Après tout, Len est un coureur de jupons. Alors pourquoi était-ce différent avec Misato ? Il préférait ne pas y songer, son cerveau risquait encore de fumer. Il glissa une nouvelle fois ses doigts sous la jupe de la jeune fille, récupéra ses armes et retira finalement ses mains « baladeuses ». Il posa ses revolvers sur la table de nuit et fixa de nouveau Misato.

____________*_*________



Don't fuck with me...:
 


Dernière édition par Len Kagamine le Lun 30 Aoû - 19:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 58
Date d'inscription : 27/07/2010
Age : 23
Localisation : Seule en haut d'un arbre.

Feuille de personnage
Anneaux: Aucun
Arme : Revolver attaché à une ceinture nouée à sa cuisse et cachée sous sa jupe (vive la précision)
Argent: 110 000 ¥

MessageSujet: Re: Un coin isolé pour finir chez Misato [PV Len].   Sam 28 Aoû - 1:18

Ouah. C'était tout ce que je pouvais penser. Ouah. Un véritable baiser passionné, pendant lequel nos langues s'étaient cherchées, nos lèvres s'étaient effleurées, nos souffles s'étaient mélangés. Len me regardait dans les yeux, quant à moi, je rougissais.

*Excuse-moi...*

Il détourna le regard et récupéra ses guns avant de les poser sur ma table de nuit et de me fixer une nouvelle fois. Je rangeai mon revolver sous ma jupe, ne détournant pas les yeux de ceux de Len.

*C'n'est rien... Au contraire.*

Je roulai sur le côté, entrainant le jeune blondin avec moi afin qu'il me tombe dessus. Je le pris par le cou et approchai son visage du mien pour permettre un nouveau contact de nos lèvres. Je l'embrassai d'abord délicatement, puis de plus en plus langoureusement pour ensuite intensifier le baiser et le rendre fougueux. Les mains de Len se baladaient sur mon ventre, mes hanches, mes pommes d'amour. Quant à mes doigts, tantôt ils se promenaient dans ses cheveux blonds, tantôt ils massaient lentement sa nuque. Je sentis les paumes de Len passer sous ma chemise et dépasser mon bandage. Puis il retira ses mains et entreprit de déboutonner ma chemise. Je le laissai faire, parcourant à présent son dos de mes longs doigts fins.

On s'embrassait maintenant quelque peu sauvagement. Len me mordillait les lèvres, et déposait de temps en temps des baisers dans mon cou, ce qui me faisait frissonner. Je respirais son odeur, sa douce odeur... Romarin. J'adorais cette herbe, je m'en servais dans tous mes plats. Donnant une saveur agréable sans pour autant masquer le goût des aliments, c'était mon petit ingrédient favoris. J'emplis mes poumons de cette odeur exquise. Puis je songeai à Hibari et me vinrent à l'esprit des pensées culpabilisantes...

Étais-je en train de "tromper" le Chef de Comité de Discipline, me comportant ainsi avec une autre personne que lui ? Certes, nous n'étions pas "ensemble", nous ne nous étions d'ailleurs jamais embrassés -mon premier baiser venant de Len, quelques minutes auparavant-, mais quelque chose nous unissait. Étais-je en train de le trahir ? Faisais-je preuve d'infidélité ?

Je repoussai violemment Len avant de m'assoir brusquement et d'enfouir ma tête dans mes mains. Je restai ainsi de longues secondes, avant de me rendre compte que quelque chose n'allait pas. J'ôtai mes mains et les fixai. ...Des larmes. Je pleurais.

Je restai à contempler mes paumes un moment, ne saisissant pas le sens de ce que je faisais. Puis je compris, et je tournai subitement la tête vers Len qui me regardait, la surprise, la déception et l'inquiétude se reflétant sur son beau visage. Il s'était rassis aussi.


*Go...Gomenasai...*

Je baissai la tête. Len leva une main vers moi et me releva le menton, puis entreprit de sécher doucement mes larmes. Je tressaillis et fermai les yeux à ce contact, avant de les rouvrir aussitôt pour contempler sa beauté. Tellement charmant... Je sentis ses doigts descendre lentement sur ma joue, arriver à mon menton et effleurer légèrement mes lèvres. Là, il retira sa main. Je laissai tomber les miennes, rosissant, et fixai son regard, n'osant pas briser le silence. Gênée, je sentais le temps passer lentement, mais j'étais plongée dans l'océan des yeux du jeune blondin.

Je sentis ma main agir seule, comme en présence de Hibari. Elle chercha celle de Len et se posa lentement dessus, hésitante. Je la laissai faire, peu consciente de mes actes. J'étais loin, très loin. Je me noyais dans les iris du jeune homme, et je n'avais pas envie d'en émerger. J'étais tellement bien, là, flottant dans les profondeurs de cet océan dangereux et charmeur, qui m'attirait petit à petit vers son fond...

Je me ressaisis soudain. Baissant de nouveau la tête, j'entrouvris les lèvres pour murmurer d'une voix triste et rongée de remords :


*Je suis vraiment désolée, Len...*

Je lui jetai un regard furtif avant de fixer mes ballerines, peu fière de moi.

____________*_*________
Ex gardienne de la foudre de la famille Cavallone ; à présent gardienne de la foudre de la famille Kagamine.



Vilaine ange démoniaque provocatrice guitariste croisée avec un poisson rouge coquin joueur fumeur et buveur de Saké
Autrement dit Misato Komatsu Kôzuki Kyôya Kagamine [Le meilleur pour la fin Razz]
~~

Len K., je t'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 18/08/2010
Age : 22

Feuille de personnage
Anneaux: Anneau du ciel Kagamine, anneau de la foudre hérité par son père, quelques anneaux du ciel (pureté A et B) et anneaux de la foudre (pureté A-D).
Arme : Deux simples guns.
Argent: 10 000 ¥

MessageSujet: Re: Un coin isolé pour finir chez Misato [PV Len].   Sam 28 Aoû - 4:26

Surpris, déçu et inquiet. C’était cela. Sacrée réaction. Que lui arrivait-il ? Pourquoi ce changement si… brusque de comportement ? Elle s’était excusée… mais pour quelle raison ? Pour ce qu’elle venait de faire ? Mais elle avait bien vu qu’il ne l’avait pas repoussée, au contraire, qu’il avait suivi le mouvement. Len leva une main vers elle et lui releva le menton. Elle pleurait ? Il lui sécha ses larmes et passa un bras autour de ses épaules.[/color]

« Qu’est-ce qui ne va pas… ? »


Dit-il d’un ton inquiet. Misato posa sa main sur la sienne, tout en le fixant. Elle semblait agir inconsciemment. Len se laissa faire…

« Je suis vraiment désolée Len… »


Elle lui jeta un regard furtif avant de fixer ses ballerines. Len lui releva la tête encore une fois. Si belle et si charmante… Le blond se sentit légèrement rosir, chose qui n’était pas tout à fait normale, pour lui. Etait-il… Non. Ou bien il était sur le point de… Naaaaaaaaaaan ! Pas en un jour. Pas en une après-midi. Pas en quelques heures. Les larmes coulaient de nouveau le long des joues de Misato… Il la serra dans ses bras, essayant un minimum de la réconforter. Seulement quelques minutes plus tard, le téléphone de Len sonna. Rin… Elle devait surement l’appeler parce qu’il avait encore oublié d’aller en cours.

« Allo, Rin ? Ah… Euh, je n’ai pas vu le temps passer. Où qu’je suis ? Hors du lycée, j’me balade dans les ruelles du quartier. Bye ! »


Il lui raccrocha au nez, la laissant parler toute seule, dans le vide. Il n’avait pas envie de se faire engueuler maintenant. Il soupira et se tourna vers Misato.

« Ça va aller ? »


Remarque, sa chemise était encore déboutonnée… Il la reboutonna aussitôt. Il faut dire que monsieur « j’ai des mains baladeuses qui agissent toutes seules comme des grandes » n’avait pas pu s’empêcher de faire ce qu’il avait fait quelques minutes auparavant, lorsqu’il était d’humeur coquine et joueuse.

« Encore une fois, désolé… »

____________*_*________



Don't fuck with me...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 58
Date d'inscription : 27/07/2010
Age : 23
Localisation : Seule en haut d'un arbre.

Feuille de personnage
Anneaux: Aucun
Arme : Revolver attaché à une ceinture nouée à sa cuisse et cachée sous sa jupe (vive la précision)
Argent: 110 000 ¥

MessageSujet: Re: Un coin isolé pour finir chez Misato [PV Len].   Lun 6 Sep - 22:31

Rin ? C'était qui, elle ? Len soupira et se tourna à nouveau vers moi.

*Ça va aller ?*


Je me laissai faire alors qu'il reboutonnait ma chemise, baissant la tête. Si je n'avais pas rougi, c'était parce que j'étais ailleurs. Que dirait Hibari s'il savait que j'étais avec un autre que lui ? Et qu'on s'était embrassés..? J’avais beau me dire et me répéter qu’on n’était pas ensemble, ça ne servait strictement à rien. Mon idée était fixe. Hibari m’en voudrait à coup sûr. Il ne devait pas savoir, il ne devait pas avoir vent de ma trahison.

Je jetai un regard furtif à Len avant de relever la tête. Je soupirai, avant de parler à voix basse, ne pouvant m’empêcher de m’excuser à nouveau :


*Encore une fois, je suis désolée, Len… Je peux… te demander un service ?*

Il me regarda. Je plongeai mes yeux dans les siens, pour qu’il sente l’ampleur et l’importance de ce que j’allais lui dire. Mais… qu’est-ce qu’il me prenait ? J’exagérais beaucoup trop. Il fallait que je me ressaisisse, voyons ! Mes lèvres, n’étant pas en accord avec mon cerveau, s’ouvrirent encore et je poursuivis sans m’en rendre compte :

*Il ne faut pas… que ce qu’il s’est passé entre nous se sache. Tu veux bien me faire plaisir et garder ça pour toi ?*


Je secouai la tête, essayant de me remettre les idées en place. Je réfugiai mon visage dans mes mains, perdue. Je ne savais ce qui m’arrivait. J’étais… partagée. Divisée. Mon cerveau était coupé en deux parties. L’une ne voulait surtout pas que le Chef du Comité de Discipline apprenne ma petite « aventure » -si j’ose dire- ; quant à l’autre, elle n’en avait absolument rien à faire et préférait plutôt que je retourne aux lèvres douces de Len et à nos baisers fougueux, passionnés, et tendres à la fois. Une véritable guerre s’était déclenchée dans ma tête, aussi je me levai d’un coup, portai mes mains à mes oreilles et hurlai de toutes mes forces un « non » interminable. Un non qui voulait tout dire. Non, je ne veux pas que Hibari sache, je ne veux pas qu’il m’en veuille, je veux retourner vers lui. Non, je ne veux pas lutter contre mon attirance envers Len, je veux succomber et encore avoir le plaisir d’effleurer ses lèvres. Non, je ne veux pas être divisée ainsi.

Mon cri achevé, je me laissai tomber sur le matelas, essoufflée, et me cachai le visage. Je sanglotais, ne sachant ce que je désirais. Je sentais le regard du jeune blondin peser sur moi, aussi je me relevai pour me retrouver assise et enfouis ma tête dans le creux de son cou, mes larmes ne cessant de couler.


*Je… Pardon… Gomenasai, Kagamine-kun, gomenasai… Je suis vraiment… désolée… de t’infliger ça…*

Mes paroles étaient entrecoupées de sanglots. Je relevai la tête et regardai Len, les larmes roulants sur mes joues. Je caressai sa joue avant de me reprendre, d’essuyer mes yeux humides et de replonger mon regard dans l’océan de ses iris. Je ne sus pourquoi je fis ça, ce fut sur le moment, mais je me levai et m’assis sur ses genoux, posant ma tête sur son torse. Il passa ses mains, incertain, autour de ma taille et je les attrapai pour ôter toute hésitation. Il me berça légèrement, me faisant rougir quelque peu. Je fermai les yeux et profitai de ce doux moment. Mais il fallait que je m’excuse encore.

*Désolée. Je n’sais pas c’qu’il m’a pris. Je te prie de m’excuser, Len. Je t’apprécie beaucoup, et je regrette de t’avoir fait subir ça… Pardonne-moi.*


J’avais dit ça dans un chuchotement, comme si quelque chose me soufflait de ne pas parler fort. Et c’était mieux ainsi. Il me berçait toujours, comme pour me dire que j’étais pardonnée. Je souris, et serrai ses mains dans les miennes, les yeux toujours clos.


____________*_*________
Ex gardienne de la foudre de la famille Cavallone ; à présent gardienne de la foudre de la famille Kagamine.



Vilaine ange démoniaque provocatrice guitariste croisée avec un poisson rouge coquin joueur fumeur et buveur de Saké
Autrement dit Misato Komatsu Kôzuki Kyôya Kagamine [Le meilleur pour la fin Razz]
~~

Len K., je t'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 18/08/2010
Age : 22

Feuille de personnage
Anneaux: Anneau du ciel Kagamine, anneau de la foudre hérité par son père, quelques anneaux du ciel (pureté A et B) et anneaux de la foudre (pureté A-D).
Arme : Deux simples guns.
Argent: 10 000 ¥

MessageSujet: Re: Un coin isolé pour finir chez Misato [PV Len].   Mar 7 Sep - 23:37

C'était maintenant la... cinquième fois qu'elle s'excusait depuis ce qui venait de se passer. C'est pas comme si c'était "quelque chose"... Enfin, du point de vue de Len. Evidemment, il avait l'habitude de faire ce genre de chose ce petit coquin, cela lui semblait donc normal... M'enfin.

« T'en as pas marre de t'excuser ? »


Il émit un léger rire, la berçant toujours.

« Ne t'inquiète pas, je ne dirais rien à qui que ce soit. »


Il lui déposa un baiser sur le front, la rassurant, puis se mit à lui caresser les cheveux. Et puis... Il ne lui en voulait absolument pas de lui avoir cassé les oreilles, à l’instant, il devait sans doute y avoir une explication à ce hurlement si soudain. Il jeta un œil à sa montre. Dix-huit heures. Les cours devaient maintenant être finis, normalement. D'habitude, il rentrait directement, mais là, il n’en avait aucune envie. Il préférait rester un petit moment avec Misato dans ses bras. Par contre, il devra trouver une excuse pour Rin. Oublions. Ca lui fendait le coeur de la voir dans cette état. Il fallait trouver un truc pour lui remonter le moral à cette petite (grande). Un truc qui lui ferait oublier tous ses soucis. Une petite balade, en passant par le marchant de glaces ? Ou bien un bowling ? Ou peut-être un ciné… Avec un choix varié de films d’horreur tous aussi gores les uns que les autres.

« Ca te dit un petit tour ou... ? »


Il lui releva la tête et lui sécha de nouveau ses larmes, souriant. Réflexe, son regard fixa le sien pendant un moment. Son air attristé et confus ne lui donnait qu'une envie, la serrer bien fooooort dans ses bras, et c'est d'ailleurs ce qu'il fit.

« Aller, debout ! »


Lui murmura-t-il. Misato se releva, suivie de Len. Celui-ci lui saisit la main et l'entraina dehors. Le doux vent frais de l’extérieur venait leur caresser le visage. Après la chaleur époustouflante du matin, place à la fraicheur de l’après-midi ! Les deux lycéens se baladaient dans les ruelles du quartier voisin, beaucoup moins dangereux et plus fréquentable que celui de Misato. Ils passèrent chez le marchand de glaces, prenant un cornet deux boules chacun. Le blondinet aux yeux bleus paya et ils continuèrent à marcher, se dirigeant vers le parc, tout près, et prirent place sur un banc, dégustant leurs glaces. Une fois finies, les deux « coquins », si je puis dire, se relevèrent et reprirent leur marche de plus belle. Le soleil était sur le point de se coucher. Len lâcha sa main –qu’il avait ressaisit–, posa la sienne sur la hanche de celle qui l’accompagnait et la tira vers lui. Celle-ci posa sa tête sur son épaule. Ils continuèrent leur balade ainsi jusqu’à s’arrêter au bord d’un lac, à quelques minutes seulement du parc. Misato s’assit, mais quant à Len, il enleva son T-Shirt, ses armes et son portable de sa poche, et plongea dans le lac malgré le fait qu’il y est un panneau « Interdiction de nager ».

« Bon, tu viens ? L’eau est super bonne ! »


Elle refusa sa proposition. Elle avait toujours l’air ailleurs… Quelle poisse. Tant pis, il allait lui jouer un mauvais tour. Il nagea jusqu’au bord, là où Misa était assise et, tête dans l’eau, mains à l’extérieur, il la tira par la taille afin qu’elle tombe dans l’eau. C’était plutôt réussi. Après un « Aaaaaah ! » venant d’elle, il y eut un grand « plouf ! ». Len éclata de rire et faillit étouffer –de rire, toujours– lorsqu’il aperçu le regard noir, bien noir, qu’elle lui lançait. Il arrêta d’un coup de rire lorsqu’il manqua de se faire noyer par sa victime. Inversement des rôles, c’est elle qui rigolait maintenant.

« Vilaine ! »


Petit moment de rigolade. Ils finirent par sortir de l’eau et d’essayer de sécher. Chose pas vraiment possible… Le soleil leur disait au revoir, de plus, il commençait à faire froid. Misato tremblait, réaction tout à fait normale de quelqu’un ayant un minimum froid. Len prit sa chemise –qui était sèche, hein, rappelez-vous– et la lui passa autour des épaules pour la réchauffer ne serait-ce qu’un tout petit peu. Il s’assit ensuite à côté d’elle et lui ressaisit la main, se rapprochant discrètement d’elle. Il lui jeta quelques regards discrets, se rapprochant encore un peu. Il leva une main, tentant de lui prendre le menton mais… Un téléphone sonna. C’était celui de Len. Encore Rin qui l’harcelait ? Ah non… Il décrocha. Hmm… oui… ah. Trompé de numéro. Légèrement agacé, il jeta son portable dans le lac. Ce n’est que trente secondes plus tard qu’il se rendit compte de ce qu’il avait fait. Il se leva et s’approcha le plus possible du bord du lac, essayant de repérer son portable sous la flotte. Misato éclata de rire encore une fois. Len était légèrement contrarié, mais comme elle rigolait, il rigola à son tour. Après ce… deuxième instant de rigolade, ils se jetèrent des regards complices certes mais en même temps gênés. C’était la première fois que ça lui arrivait à Len, de ressentir cette gêne lorsqu’il est en face d’une fille. M’enfin. Il replongea le chercher. Où était-il… ? Ah ! Le voilà ! Mais… un vilain poisson le lui piqua et s’enfuit avec. M-mais… les poissons savent communiquer par portable ?! Que ce soit le cas ou non, c’était SON portable ! Il… nagea après le poisson –pour ne pas dire « courut »– jusqu’à enfin le rattraper, après plusieurs tentatives. Il récupéra le portable seulement lorsqu’il était à bout de souffle, par manque d’air. Il retourna à la surface, faisant signe à Misa, du genre « Muahaha ! Je l’ai récupéré ! », puis ressortit du lac. Le téléphone était légèrement… endommagé… mort. Oui, mort, c’était le bon terme. Ce n’était pas écrit dans le mode d’emploi qu’il était water-plouf. Tant pis, il irait en acheter un autre, ou tout simplement le réparer. Il se rassit. Le temps passait lentement, mais au bout de quelques instants, la jeune fille aux cheveux blonds foncés s’était endormie, la tête sur l’épaule de Len.

*Si elle est pas choute quand elle dort…*

Il sourit et passa un bras autour de son épaule. Ce n’est que quelques minutes plus tard qu’il se leva et la prit dans ses bras, la ramenant chez elle. Il l’allongea sur son lit, lui mit une couverture par dessus et s’assit à son chevet. Il la fixa quelques temps, lui caressant une joue de sa main, puis le déposa délicatement un baiser sur le front. Len se leva et alla mettre sa chemise à sécher –sèche au début mais mouillée par la suite– mais petit problème… son pantalon était également trempé. Fallait-il l’enlever ? C’était un choix plutôt embarrassant. Mais fallait chercher quelque chose à mettre. Je ne pense pas qu’une des jupes de la propriétaire de cette demeure lui irait… aussi bien qu’elle ne lui va à elle. Il soupira. Il retourna dans la chambre de Misato et s’assit sur la chaise qui était juste à côté du lit. Il ne cessait de la regarder. En seulement une journée il avait réussi à s’attacher autant à elle. C’était évident, Len s’attache très vite aux gens. Mais là, c’était un tout petit peu différent. Il se posait des questions. L’aimait-il ? C’était un peu… beaucoup pardon, beaucoup trop tôt. Mais le coup de foudre existe aussi. Et du peu qu’il la connait, il l’apprécie déjà énormément. Mais il n’était pas vraiment sûr de ses sentiments. Mieux vaut la peine d’attendre et de voir comment cela allait se passer par la suite. Il posa ses armes sur le bureau de la jeune fille, ainsi que son pauvre portable agonisant. Il s’affala dessus, la tête entre les bras, et ferma les yeux. Il s’endormit.

____________*_*________



Don't fuck with me...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 58
Date d'inscription : 27/07/2010
Age : 23
Localisation : Seule en haut d'un arbre.

Feuille de personnage
Anneaux: Aucun
Arme : Revolver attaché à une ceinture nouée à sa cuisse et cachée sous sa jupe (vive la précision)
Argent: 110 000 ¥

MessageSujet: Re: Un coin isolé pour finir chez Misato [PV Len].   Lun 20 Déc - 20:47

Une eau... dense. Un vide... oppressant. Un océan.

Mais oui ! C'était dans un océan que je me noyais, un océan opaque, d'un bleu sans pareil. Un océan pur, magique, mais étouffant malgré tout. Je battis des bras, cherchant un objet quelconque auquel me tenir, prendre appui, en vain. Il n'y avait que du vide. Que de l'eau. Je tournai la tête à gauche et à droite, guettant le moindre bruit, le moindre geste, la moindre présence. Rien. Pas un murmure. Pas une ombre. J'étais seule, seule dans cette horrible prison d'eau.

Mes yeux bougeaient dans leurs orbites, ne voulant admettre que l'unique présence en ce lieu était moi. Mes lèvres s'entrouvrirent, et de l'eau pénétra dans ma bouche. Je m'étouffai, commençai à suffoquer, avant de paniquer pour comprendre que j'étais perdue.

Un sifflement m’interpela alors. Un oiseau ? En plein milieu de l’océan ? Mais… comment était-ce possible ?

Alors je compris.

J’ouvris les yeux, et analysai ce qui s’offrait à moi. Un mur. Blanc. Ou plutôt, le plafond de ma chambre. Je portai une main à mon front, soupirant, avant de me relever. Len était affalé sur le bureau, endormi. Je souris à la vue de ce tableau avant de me diriger vers la cuisine. Là, je me servis un verre d’eau puis m’appuyai sur le potager, soufflant au souvenir de mon cauchemar.

Après avoir bu, je regagnai ma chambre et m’appuyai à la fenêtre. Un rossignol se tenait sur la branche de l’arbre qui me permettait de quitter la maison de cette pièce. Je préférais utiliser ce passage plutôt que de descendre pour sortir de la porte d’entrée. J’aimais les arbres, j’aimais les feuilles, j’aimais les animaux, j’aimais la nature… Je me tournai, posai mes coudes sur le rebord de la fenêtre, et commençai à regarder le blondin étalé sur mon bureau. J’examinai son visage. Aucun défaut. Il était vraiment… magnifiquement magnifique, plus que ce qui n’était permis. Soupirant, je songeai que je ne pouvais pas tomber sur son charme. Je n’avais pas le droit. J’étais en quelque sorte liée à Hibari, artificiellement. Même pas par des mots, mais par des sentiments forts, même s’ils restaient non prononcés. Nous savions tous les deux aussi bien que l’autre que ce que nous partagions était bien plus forts que ce qu’il semblait paraître.

Len ouvrit les yeux et regarda dans ma direction. Je rougis aussitôt et détournai le regard, ne voulant qu’il sache que j’étais en train de détailler son visage. Je toussai, gênée, avant de prendre la parole pour détendre l’atmosphère.


« Je… Tu veux rester là ? Ou tu préfères qu’on sorte… ? »

Ou tu préfères t’en aller ? Je n’osai pas rajouter cette proposition, proposition qui me semblait être la meilleure, pourtant. Attendant sa réponse, je bougeai de mon perchoir et m’assis sur mon lit, les bras ballants.


____________*_*________
Ex gardienne de la foudre de la famille Cavallone ; à présent gardienne de la foudre de la famille Kagamine.



Vilaine ange démoniaque provocatrice guitariste croisée avec un poisson rouge coquin joueur fumeur et buveur de Saké
Autrement dit Misato Komatsu Kôzuki Kyôya Kagamine [Le meilleur pour la fin Razz]
~~

Len K., je t'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 18/08/2010
Age : 22

Feuille de personnage
Anneaux: Anneau du ciel Kagamine, anneau de la foudre hérité par son père, quelques anneaux du ciel (pureté A et B) et anneaux de la foudre (pureté A-D).
Arme : Deux simples guns.
Argent: 10 000 ¥

MessageSujet: Re: Un coin isolé pour finir chez Misato [PV Len].   Sam 26 Fév - 17:52

Non... C’était impossible ! On aurait cru qu’il revenait quelques années en arrière. Quand tout était... parfait. Il revoyait encore son père, anneaux aux doigts, ainsi que sa mère, à ses côtés. Le paternel était l’actuel parrain de la prestigieuse famille Kagamine, et sa conjointe était la gardienne de la foudre, bras-droit du boss. C’était l’époque où cette famille existait encore... Len avait l’impression de rêver. Ou bien, était-ce réellement un rêve ? Si c’était le cas, alors il espérait ne plus jamais se réveiller. Quoique...

Il ouvrit les yeux. En effet, c’était bel et bien un rêve. Mais pourquoi avait-il changé si soudainement d’avis ? Vous voulez savoir le pourquoi de la cause ? C’est très simple. Il ne voulait pas assister une fois de plus au massacre de sa famille. Le pire dans tout ça, c’est que c’était son meilleur ami qui lui avait fait subir toutes ces souffrances. Lui qui lui faisait confiance... Il a fait une énorme connerie en la lui accordant. Il avait même pris la résolution de ne plus faire confiance à personne, mais il a cédé. C’était trop dur pour lui, il n’aimait pas être seul. Il avait horreur de ça.

Il se ressaisit et leva les yeux vers la jeune fille devant lui. Il avait complètement oublié qu’il se trouver dans la maison de Misato. Il lui adressa un sourire avant de se redresser.

« Je… Tu veux rester là ? Ou tu préfères qu’on sorte… ? »

Bonne question. Mais aucune des deux propositions ne lui convenait. Il devait y aller, dans le seul et unique but de refonder sa famille. Non, il refusait de croire que c’était la fin. Au contraire, ce ne sera que le début d’une toute nouvelle histoire. Le début de l’histoire de la famille Kagamine.

« Mmh... Je crois que je vais plutôt te laisser. J’ai quelque chose de vraiment important à faire, excuse-moi. »

Il se leva et alla chercher sa chemise maintenant sèche. Son pantalon, d’ailleurs, l’était aussi, donc c’est cool ! Il revint dans la chambre prit ses armes et déposa un baiser sur la joue de Misato.

« A la prochaine. »

Il quitta la pièce et se dirigea vers la sortie. C'est maintenant, tout allait commencer.

____________*_*________



Don't fuck with me...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un coin isolé pour finir chez Misato [PV Len].   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un coin isolé pour finir chez Misato [PV Len].

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un endroit pour dormir... Oh un chat ! Minou Minou !! [libre]
» Un coin tranquille pour discuter
» Chauvigny(86) les 4 et 5 octobre, 1500 pts solo
» Programme pour 2011 chez Gw (Rumeurs)
» Parchemins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KH-Reborn RPG :: Autre :: Archives-