Bienvenue sur KH-Reborn RPG
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum déménage : Par ici ~

Partagez | .
 

 A volte i sogni prendono vita... [Pv : Xanxus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 78
Date d'inscription : 27/03/2011
Age : 27
Localisation : Château Varia

Feuille de personnage
Anneaux: Anneau Varia de la Pluie
Arme : Épée // Boîte animale "Grande Piogia Squalo"
Argent: 10 000 ¥

MessageSujet: A volte i sogni prendono vita... [Pv : Xanxus]    Sam 6 Aoû - 11:22


Il colore del sangue,.........

.............il colore del cuore...



Mon regard croise le sien. Je rougis et dans ses yeux je peux lire de la cruauté. Beaucoup de haine, de sadisme, de violence. De l’amour aussi. Mais de l’amour bestial, quelque chose qui blesse mais que j’admire. Une douleur physique profonde qui m’extasie. Il m’attrape fermement les poignets et de son autre main, il empoigne mes cheveux et force mon corps à se cambrer. Je me mords la lèvre pour ne pas gémir, et il me mord en retour. Il n’aime pas que je résiste, il déteste que je retienne mes expressions ou mes cris. Je suis son jouet, sa propriété. Personne n’a le droit de me toucher intimement. Même pas moi. Mais je ne m’en plains pas. Je lui appartient. Presque comme un objet, mais à vrai dire, il ne serait pas tombé amoureux d’un objet. Alors je suis plutôt sa créature, son esclave. Dans nos moments à nous, je fais tout ce qu’il me demande. Je me livre à lui, je lui offre mon corps pour le temps qu’il souhaite. Il est violent avec moi. Il me frappe, me griffe, me mords. Il va jusqu’au sang, ce n’est pas rare. Mais j’aime cette sensation. J’aime me savoir dominé par lui, je prends un plaisir fou à lui appartenir. C’est comme une humiliation même si nous sommes que tous les deux. Mais ce qui me fait tant rougir est une source d’extase pure. Je me plais à faire ça. Et il le sait. C’est pour ça qu’il me garde et que je suis à lui. Il n’existe aucun mots doux dans nos phrases. Juste des injures, des coups et des baisers passionnels. Mais les sentiments sont réciproques. Nous en sommes tous les deux conscients. C’est bien plus que du désire. C’est bien plus que de l’amour. Comme de l’adoration, un fantasme puissant, une source de folie. Mais un lien incassable...

Son rêve lui revenait sans cesse en mémoire. Le même rêve depuis dix ans, alors que ceux qu’il faisait avant étaient des constitués de meurtres ou de massacres. Depuis qu’il a eu cette aventure avec lui. Xanxus. Ça avait été une belle nuit ce jour là, où tous deux pris d'un excès de désir ils s'étaient emportés le temps d'une longue et merveilleuse étreinte érotique. Cette nuit, le rêve avait été encore plus fort que d’habitude, et au lieu de faire comme tous les jours et de réussir à l’oublier une dizaine de minutes après son réveil, il ne cessait d’en avoir les images dans la tête. Toute la journée, il avait espéré pouvoir éviter son boss. Ca aurait été bien fâcheux de le croiser. Il avait aussi imploré le dieu des requins en perdition de l'épargner et de faire en sorte que Xanxus ne l’appelle pas dans son bureau. Mais sa prière avait dû subir un problème de transmission car en fin de journée, l’argenté qui croyait pouvoir s’en tirer jusqu’au bout fut justement « invité » dans la pièce privée de son cher supérieur. Ce fut Levi qui se chargea de lui annoncer la bonne nouvelle, le regard chargé de haine et de jalousie. Il hésita un petit moment, cherchant une bribe d’excuse pour se défiler, mais la seule chose qu’il gagnerait à avoir fait attendre son boss serait sûrement une bonne remontrance. Il avança d’un pas peu assuré dans le dernier couloir le séparant de l’enfer. Il poussa la porte du bureau avec un soupire et commença un « VOOOIIII » qu’il arrêta en plein milieu parce que sa voix ne lui permettait pas de sortir un son de plus dans l'immédiat. Il se sentit bien mal à l’aise mais tenta de conserver le peu de sang froid qu’il lui rester pour fermer calmement la porte.

« Qu’est-ce que tu veux ? »

Il l’interrogea du regard, mais dès qu’il croisa l’éclat rubis de ses yeux, il se mit à avoir chaud. A étouffer, à suffoquer intérieurement. Sa gorge semblait se resserrer et s’assécher complètement, comme si on lui faisait avaler de la sciure de bois. Squalo prit une grande inspiration et se ressaisit tant bien que mal. Il se tenait droit devant son boss comme si un mur en pierre rectilignes était collé à son dos, attendant une réponse.

____________*_*________


Dernière édition par Superbi Squalo le Ven 12 Aoû - 19:48, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://k-hitman-reborn.rpg-boards.com/
Xanxus.
Cielo
Cielo
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 31/07/2011

Feuille de personnage
Anneaux:
Arme :
Argent:

MessageSujet: Re: A volte i sogni prendono vita... [Pv : Xanxus]    Dim 7 Aoû - 18:17


    Tout commence avec un regard, puis sa se transforme en une rencontre et ça évolue doucement en amitié. C’est ainsi que naquit ce sentiment de sécurité, cette envie de revoir la personne, d’être de façon omniprésente à ses côtés. Toucher cette personne, s’instruire d’émotions nouvelles, allumer une lampe sur ses lèvres, formant un sourire irrémédiable et difficile à effacer. Le sang boue. Tu te sens vivant, existant. Un être comme les autres, ayant le droit de vivre, et d’aimer quiconque sur son passage. Tu poursuis la personne du regard. Tu l’observes grandir sous tes yeux, tu lui tiens la main, répétant mille et une fois un cette phrase : « Ne t’inquiète pas, je suis là ! ». C'est que tu aimerais faire et dire quand il est dans les parages, mais tu en es trop fier et tu aimes faire peur... Tu es né avec cette rage qui te rend si irrésistible, il s'en ait rendu compte lui aussi. Alors, tu fais comme d'habitude, tu te lèves et tu vas passer tes mauvaises humeurs sur tous tes subordonnés pour que sa passe inaperçu et sa marche plutôt bien. Pour toi c'était simple ; Le monde tournait autour de lui. Il prenait tellement d'importance dans ta vie... aussi bien que dans ton coeur. De l'amour ? Est-ce-donc ça que tu ressens ? Ce sentiment que beaucoup de femme ont tenté vainement de te l'expliquer. Souvent représenté sous la forme du cœur, et également coloré de rose ou bien de rouge. Il nous donne un battement étrange et chaleureux, nous réchauffe sans même que nous nous en attendions, à n’importe quel moment.

    « Appelez moi ce déchet incapable. »

    Inlassablement, tu te souviens d'avoir explorer chaque pore, chaque parcelle de sa peau, cette nuit-là. Tu as lui arraché ses vêtements, tu l'as malmené mais il en redemandé et tu aimais ça. Tes mains avaient parcoururent son corps, un infime moment, semblable à une éternité, Il avait fermé les yeux, parfois les ouvrant pour te regarder quand tu le mord au cou comme çi tu te prenais pour un vampire. Les quelques rares caresses buccale qu'exerçait le requin sur ta peau bronzée ni fit qu'amplifier cet état d'extase, cet état bizarre, si indescriptible. Ses gémissements devenaient un peu plus intenses au fur et à mesure. Tu passas tes doigts fins dans sa chevelure de rêve. Une envie de lui faire l’amour t’obséda alors. Tu te regardes dans le miroir, ta chemise mal boutonnée, une légère marque sur ton cou, tu sens ta chemise qui pu le parfum de femme. Il se tenait derrière toi, tu te retournes en fronçant légèrement les sourcils.

    « Qu'est-ce-que tu veux ? »

    Tu n'en savais trop rien. Tu t'es assis sur le fauteuil en regardant le fond de ton verre de tequila. Tu te pinces la lèvre inférieure. Des regrets. A il devrait bientôt le savoir quand il s'approchera de toi, quand il découvrira que tu pus la femme. Le visage marqué d'une nuit de folie. Une joli gueule de bois est visible. Tu pourras dire ce que tu voudras, mais le requin n'ai pas né de la dernière pluie. Tu lui diras quoi ? Quand il te regardera d'une autre manière. Quand cette odeur de sexe le dégoûtera. Hein ? Tu lui diras quoi ? Mais je l'aime. Tu l'aimes. Attend Xanxus ! REFLECHIT DEUX SECONDES ! TU AS COUCHE AVEC UNE AUTRE. Ferme là la conscience. Vraiment. Ferme-là.

    « Que tu me donnes ce fichu rapport pour voir ce que tu as glandouillé pendant ces deux dernières semaines à Namimori. »

    A quoi tu joues, Xanxus ? Pourquoi tu nies tant ce que tu as dans le coeur ? Il t'a envoûté, tu le veux, t'aimes le voir fragile. Tu le considère comme ton jouet auquel tu portes un affection hors du commun bien plus proche de l'amour, bien plus proche que du bonheur à l'état pur. Il te manque chaque jour un peu plus. Tu as toujours été fort pour cacher tes conquêtes. Mais là ce soir, je ressent comme des.... Des regrets ? Oui, c'est ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 78
Date d'inscription : 27/03/2011
Age : 27
Localisation : Château Varia

Feuille de personnage
Anneaux: Anneau Varia de la Pluie
Arme : Épée // Boîte animale "Grande Piogia Squalo"
Argent: 10 000 ¥

MessageSujet: Re: A volte i sogni prendono vita... [Pv : Xanxus]    Jeu 11 Aoû - 11:43


Il prezzo.........

.............a pagare...



Comme un idiot il avait espéré une réponse positive, quelque chose en retour à ses sentiments. Des années. Des années s'étaient écoulées, rendant chaque jour un peu plus difficile. Il avait essayé d'avoir des amants pour oublier. Mais le contact d'un autre corps le répugnait presque. Il s'amusait à dessiner dans sa tête les courbes parfaites de cette silhouette tant rêvée, laissant rouler entre ses lèvres un infime soupire de satisfaction à la simple pensée de son trésor. La chose qu'il protège le plus ; ce rêve. Ce rêve qui n'existe que dans son esprit.

« Que tu me donnes ce fichu rapport pour voir ce que tu as glandouillé pendant ces deux dernières semaines à Namimori. »

Sur son visage se traça un petit rictus. Il haussa les épaules, se répétant mentalement qu'il l'avait bien cherché. A force de n'être obsédé que par une personne, on finit forcément par être déçu. Il releva le regard et d'une voix froide lui répondit ;

« Je me suis très bien occupé là-bas. J'étais principalement parti pour entraîner le jeune novice au sabre. »

Sans vraiment s'en rendre compte, il était en train de chercher à le rendre jaloux. Mais envieux de quoi ? Lui même se posait la question. Comment peut-on rendre jaloux quelqu'un dont on ne connaît même pas les sentiments envers nous même ? Et pourtant, il connaissait par cœur cette énergumène colérique qui se trouvait à l'instant même juste devant lui. Il connaissait ses goûts, ses envies, ses plaisirs, ses occupations, ses habitudes, mais aussi ses lèvres, son corps, ses souvenirs, ses souffrances. Il s’approcha jusqu’au bureau, rien que pour se rapprocher un peu plus de lui le temps d’inspirer son parfum. Et là, comme une bourrasque violente et destructrice, il réalisa qu’il avait foncé droit dans le mur. Il empestait le parfum de femme fraîchement baisée, une de ses conquêtes. Il aurait dû s’en douter hier soir quand il a reçu son message vocale disant qu’il ne rentrerait pas. Des soupçons, il en avait pourtant bien eu, mais vous savez ce que c’est quand on aime, on se persuade par tous les moyens de ce qu’on veut entendre. Il avait envie de hurler, de tout détruire dans la pièce. De se jeter sur ses lèvres pour y écraser un baiser comme dans ce foutu rêve. Mais Squalo, tu sais très bien que ce n’est pas possible. Parce que tu as ta fierté, et parce que tu sais très bien qu’il a eu quelqu’un d’autre encore dans son lit. Peut être un prostituée ? Peut être une femme noble ? Toi tu t’en fiches, tu ne supportes pas que quelqu’un d’autre s’approche de lui. Et maintenant que tu sais exactement ce qui s’est passé hier soir, tu as juste envie de t’effacer, de partir loin, de t’enfuir pour ne plus jamais le voir. Parce qu’à cet instant précis, tu le détestes. Tu voudrais le tuer de tes propres mains, tu voudrais te venger et le faire souffrir comme toi tu souffres. Mais tu ne feras rien de tout ça, et tu continueras de gueuler sur tout le monde et de prendre la vie à tes ennemis où à ceux qui croisent ta route.

« Je terminerais le rapport dans la nuit. Il sera sur ton bureau demain matin avant mon départ. »

Il devait déjà repartir en mission. Pourquoi d'ailleurs ? Pourquoi est-ce qu'il s'en sentait presque soulagé ? Il avait vraiment envie de partir loin, de partir définitivement. Fuir cette douleur incessante qui le ronge de l'intérieur. Est-ce qu'il finirait par oublier en étant loin de lui ? Non. Ce serait sûrement pire même. Mais il voulait à tout prix une échappatoire à sa souffrance. Sans cesse les images revenaient dans son esprit. Mais pourquoi n'avait-il pas le courage de lui dire quoi que ce soit ?

« C'est tout ce que tu voulais ? »

Sa fierté sûrement. Par peur peut-être aussi. Par crainte d'être fuis à son tour et de briser l'amitié et la confiance entre eux. Peut être aussi parce qu’il se doutait qu’il n’avait aucune chance, et que même si la nuit qu’il avait passée à ses côtés pouvait se reproduire ne serais-ce qu’une fois encore, le brun repartirait dès le lendemain vers de nouvelles femmes. A cet instant là Squalo, tu le détestes plus que ta propre existence, plus que tous les déchets que tuas pu terrasser, plus que toutes les femmes qui ont pu croiser ta route…

____________*_*________


Dernière édition par Superbi Squalo le Ven 12 Aoû - 15:25, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://k-hitman-reborn.rpg-boards.com/
Xanxus.
Cielo
Cielo
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 31/07/2011

Feuille de personnage
Anneaux:
Arme :
Argent:

MessageSujet: Re: A volte i sogni prendono vita... [Pv : Xanxus]    Jeu 11 Aoû - 12:49

    « Je me suis très bien occupé là-bas. J'étais principalement parti pour entraîner le jeune novice au sabre. »

    Il essaye de te rendre jaloux ? Tu fronces légèrement les sourcils, Yamamoto Takeshi avait le don de toucher la corde sensible. Tu ne le supporte pas, tu t’en es déjà douter n’est-ce-pas ? Parano comme tu es. Je n'ai encore rien dit. Oui, mais tu crispes les mains... Ce ton léger qu'il porte quand il prononce son nom. Il s'approche de toi. Non reste loin de moi, je pus. Son regard froid et exécrable te tue. Il garde encore ce calme effrayant. Tu fixes maintenant le fond du verre de tequila. Ce soir-là il a un goût amer ce truc. Dit quelque chose, ne me regarde pas comme ça. Il parle. d'un ton sec. Enfin. Constatation. Il ne te pose aucune question, pourtant ses yeux reflète un léger « M’a tu trompé ? » Muet. Sur tes lèvres. Tu fixes toujours le fond de ton verre. Puis les mots froid perce ta carapace, comme une aiguille dans ton bras pour t'inoculer un poison mortel. Tu ne réponds rien.

    « C'est tout ce que tu voulais ? »

    Tu n'as rien à dire. Juste ce silence qui te tue lentement et encore plus quand il aura franchi la porte pour sortir. Il n'ira nul part ! Tu fronces les sourcils, un accès de rage t'envahit tout en fixant l'alcool au fond de ton verre et immobile, serre encore plus ta poigne sur celle-ci, et sans s’en rendre compte, la brise. Silence, juste le bruit de la tequila s’écoulant sur le sol de ta main. Des éclats restèrent fichés dans ta main, lui coupant ta paume hâlée comme autant de scalpels tranchants. La douleur amplifiée par l'alcool qui s'infiltre dans les coupures. Tu ne bouges pas de ton fauteuil, les yeux perdus dans le vague, brouillés par les visions de la nuit, et par une colère inexpliqué qui te prend d'un coup. Oui, tu sentais la femme. Oui, c’était vrai. Oui je suis un pauvre con parce que je ne suis pas capable t'avouer mes sentiments, sale con de déchet ! Tu ne ressens plus rien, pas même moral, pas même physique, le mal ne te touche plus. Tu te lèves et pousse légèrement le requin de ta main gauche, la valide. Tu écrases au passage un peu plus les morceaux de verres à terre, se sacrifie les pieds par la même occasion. Tu sors du bureau avec un léger haut de coeur, l'effet de l'alcool commence à revenir. Tu ouvres la porte de la salle de bain, passe ta main endoloris sous l'eau glacial et retire un par un les morceaux coupants. Tu observes ta main, plusieurs coupures petites et profondes te barrait les doigts et d’autres, plus importantes, striaient ta paume. Tu te retourne légèrement, en temps normal il aurait envoyé valsé loin mais là... Tu as peur. De le voir partir. Encore Loin. Fait chier la dépendance d'un être cher !

    « Merde... »

    Tu as eu un haut de coeur, les tripes au bord des lèvres. Tu fonces vers la cuvette en vomissant tout l'alcool que tu as bu. Tu décuves doucement en te relevant en t'appuyant sur l'homme que tu aimes tant. Repousse-moi, je puisque je pus la femme. Tu enlèves la chemise que tu la brûle avec la flamme du ciel. Que fais-tu Xanx' j'ai du mal avoir ton visage ? Je me cache dans son cou fin... j'ai honte, je ne dois pas faire ça. Je ne veux juste pas qu'il s'enfuit.

    « Ce que je veux vraiment, c'est que tu restes auprès de moi pour que j'évite faire le con. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 78
Date d'inscription : 27/03/2011
Age : 27
Localisation : Château Varia

Feuille de personnage
Anneaux: Anneau Varia de la Pluie
Arme : Épée // Boîte animale "Grande Piogia Squalo"
Argent: 10 000 ¥

MessageSujet: Re: A volte i sogni prendono vita... [Pv : Xanxus]    Jeu 11 Aoû - 15:27


La verità.................................................

......viene dal cuore...



Le verre d'alcool se brise entre ses doigts puissants, et une grimace se dessine sur ses lèvres. L'alcool doit le brûler, les coupures doivent être douloureuses, mais étrangement le requin semble satisfait. C'est comme une toute petite, une infime vengeance. Le brun se lève de son siège et s'avance vers l'argenté avec un regard et une expression indéchiffrable. Va t-il le frapper pour le retard de son rapport ? Non. Il se hâte vers la salle de bain et retire le verre de ses plaies nouvelles, rinçant ses mains sous l'eau fraîche du robinet. Il l'a suivi dans la pièce à côté, et il le voit maintenant se précipiter sur les toilettes pour régurgiter ce que l'alcool a mit en trop dans son organisme. Puis il se relève et pose sa tête encore un peu brûlante de liqueur contre la peau du cou pâle de l'argenté.

« Ce que je veux vraiment, c'est que tu restes auprès de moi pour que j'évite de faire le con. »

Et là, son cœur s'arrête. Il ouvre la bouche mais aucun son ne peut fuir de l'intérieur de ses côtes. A t-il bien entendu ? Ou est-ce encore un rêve qu'il croit réel ? La main du brun caresse ses cheveux, leur doigts se nouent doucement, et les battements du cœur de Squalo reprennent. Sa tête est toujours enfouie dans le cou de l'argenté. Leurs intérieur battent si fort que la pièce est remplie d'un écho de tension. Le requin, les yeux toujours écarquillés, n'arrive pas à donner une réponse claire. Les mots sortent difficilement. Il n'arrive pas à croire que tout ce temps passé de son côté aurait pu être partagé avant. Mais il s'en fiche, et même si tout se mélange dans son esprit, il y a une chose qui résonne précisément dans sa tête.

« Xan..xus... Je.. »

Il se torture mentalement. Il veut aller au bout de sa phrase, il ne veut pas encore une fois tout garder à l'intérieur, il ne veut pas encore une fois être si lâche devant le seul être qu'il porte dans son coeur.

« J'ai juré que je te serais toujours fidèle en tant que bras droit, mais pendant de nombreuses années j'ai espéré pouvoir t'être fidèle d'une autre façon qu'en tant que subordonné... »

Ce flot de paroles floues et insensées est sorti de sa bouche. Les mots ont glissés entre ses lèvres. Et même si il a peur, très peur, il ne peut plus reculer. Une douleur immense lui déchire l'intérieur. Il ne veut pas céder à ça, il ne peut pas lui avoir dit ça. Xanxus ne sera jamais fidèle, Xanxus ne l'aime pas comme lui il l'aime. Tu le sais Squalo, tu le sais que tu vas te faire énormément de mal, qu'en plus de ça tu vas détruire une partie de ta fierté si longtemps conservée. Tu sais très bien qu'il finira par te détruire, parce qu'à partir du moment ou t'attaches à quelqu'un, il vient un jour où tu finis par en mourir. "Ferme la..." Tu t'engage dans une pente dangereusement douloureuse. "Ferme la !" Et dans peu de temps tu vas craquer...

« FERME LA ! »

Le requin réprime un sanglot qui se traduit par une convulsion de son corps et sort de ses lèvres un infime soupire gémissant. Il passe une main dans les cheveux du brun et pose ses lèvres contre son cou, sans un seul mouvement de plus. Et là il se met à humer son parfum si familier et pourtant tant recherché pendant ces années. et derrière ça, une puanteur féminine. Son odeur si enivrante qui restait après son passage dans un couloir et que le requin venait inspirer devant la porte de son bureau lorsqu'il n'était pas là devient écoeurante de trahison. Il l'avait pour lui. Il était à lui cette nuit là. Mais cette fois même si ce n'était plus un rêve, ça en devenait presque plus insupportable.

____________*_*________


Dernière édition par Superbi Squalo le Ven 12 Aoû - 15:25, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://k-hitman-reborn.rpg-boards.com/
Xanxus.
Cielo
Cielo
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 31/07/2011

Feuille de personnage
Anneaux:
Arme :
Argent:

MessageSujet: Re: A volte i sogni prendono vita... [Pv : Xanxus]    Ven 12 Aoû - 9:36

    « Xan..xus... Je.. »

    Tu fermes doucement les yeux en attendant la phrase qui te dégoûterai à vie. Que fais-tu ? A quoi penses-tu ? Tu vas partir, c'est ça ? J’ai besoin de toi. Je n’ai besoin que de toi pour vivre. Pourquoi ? Pourquoi tu n’as rien dis. Sur ce que je viens de t’avouer. Et que fais-tu là ? Putain. Xanxus. C'est quoi votre problème à tout les deux ? La monotonie. La routine. Tu te fous de ma gueule là ? Non. Je ne supporte pas ça. Squalo non plus. Xanxus. Regarde votre vie depuis que vous vous connaissez. Regarde tout ce qui s’est passé. Tout ce que vous avez vécu. Tout ce que vous avez affronté. VOUS APPELLEZ SA DE LA MONOTONIE ? Merde. Tu connais beaucoup de "couple" qui ont supporté tout ça en si peu de temps. Qui s’est autant détruit ! Vous vous êtes battus, vous êtes effrayés l’un l’autre. Vous vous êtes blessés mutuellement. Vous vous détruisez. Vous vous aimez. Vous êtes soit deux beaux masos. Soient décidément vous vous aimez assez fort pour supporter tout ça. Hm. Possible. Je ne sais pas. Je l’aime c’est tout. Je ne peux pas imaginer être sans lui. Sans sa présence. Alors oui. Qu’il me blesse si il veut. Qu’il me détruise. Car si il part. Il me tue. C’est tout. C’est aussi simple que ça.

    « J'ai juré que je te serais toujours fidèle en tant que bras droit, mais pendant de nombreuses années j'ai espéré pouvoir t'être fidèle d'une autre façon qu'en tant que subordonné... »

    Il t’avait touché, la flèche qu’il t’avait lancée avait réussi à t’atteindre. Un sourire se grava sur tes lèvres, un sentiment de joie t’accablas lentement. Tu sais que l'amour est un danger. L'amour te fais peur. L'amour détruit. Il dévore. Il tue. Il asservi. Il est le pire maux de l’homme. Et pourtant, cet homme si bruyant t’as fait découvrir un amour qui offre les plaisirs et oublient les vices, chose que Altaïr n'était pas capable de faire. Squalo. Te rends-tu compte de tout ce que tu lui a apporté, de tout ce que tu lui a fait découvrir ? Tu as ouvert l’être qu'il est aux autres alors qu'il se contentait de les détruire. Tu es une corde qui lui rattache au port, qui lui empêche de dériver doucement sur la mer de la folie qui le dévore, tu apaises ce monstre au fond de lui qui n’aspire qu’à la mort et au sang. Il te veux. A lui. Et a lui seul.

    « ... »

    Serais-tu troublé par des aveux au point d'en perdre ta voix rauque ? C'était assez suffisant pour relevé ta tête, que vois-tu dans son regard ? Pourquoi le fixe-tu ainsi ? Vois-tu la fascination que tu lui apportes ? Vois-tu l’envie qu'il a cette instant de te faire sien pour une nuit ?

    « FERME LA ! »

    Hein ? C'est à toi qui parlait, non ? Pas possible je n'ai pas ouvert encore la bouche. ttend. J'entend quelque chose. Merde il pleure. Tu sens un baiser sur ton cou. Je pus la femme.... Squalo... arrête Tu pris doucement son visage, en le fixant des yeux. Tu faiblis Xanxus. Ne me regarde pas en ce moment je suis faible. C’est ainsi que tes lèvres se posèrent sur les siennes, goûtant aux délices de tequila que tu as bu avant son arrivé, bien plus délicieuse sur une bouche aussi parfaite. Ton bras passa autours de sa taille l’attirant contre toi. Tu embrassais un ange magnifique. Tu sentais sa beauté déteindre sur toi lors de ce baiser. Q'importe. Tu te laisses emporter par le douce chaleur qui irradiait de son corps. Tu captures ses lèvres, mordant légèrement. Oui. Tu t’amuses. Tu jouais avec lui. Un jeu dangereux. Un jeu plaisant. Comme une bonne partie de paint-ball. Sa commence. Vraiment. Cet instant ou le souffle accélère. Le rythme cardiaque s’affole. La température augmente. Cet instant précis où on franchit une limite, ou même la plus grande volonté du monde ne pourrais vous faire arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 78
Date d'inscription : 27/03/2011
Age : 27
Localisation : Château Varia

Feuille de personnage
Anneaux: Anneau Varia de la Pluie
Arme : Épée // Boîte animale "Grande Piogia Squalo"
Argent: 10 000 ¥

MessageSujet: Re: A volte i sogni prendono vita... [Pv : Xanxus]    Ven 12 Aoû - 9:55


Il desiderio..............................................................

......è al di sopra rimorso...



Le brun redresse la tête et le regarde, il plonge son regard dans le sien à en faire frémir le requin. Puis leur lèvres s'écrasent l'une contre l'autre. Le baiser dure, l'argenté s'emporte. Son cœur s'emballe, il respire de plus en plus fort, il se met même à trembler légèrement. Il sent un étau étouffer son coeur, une chaleur délicieuse puis une brûlure atroce. A quoi tu joues Xanxus ? A quoi tu joues Squalo ? Tu est engagé maintenant, tu ne peux plus reculer. C'est un jeu plus dangereux que celui de la mort, c'est un jeu plus douloureux que la vie elle-même. Et pourtant tu ne peux pas t'empêcher d'y jouer, de rentrer pleinement dans la partie. De toute façon, au point où tu en es tu ne pourras pas avoir plus mal.

Les larmes roulent silencieusement le long de ses joues fines. Cet instant il l'a longtemps voulu, mais il n'est pas comme prévu et s'en devient douloureux. Quand viendra la prochaine fois où il te trompera ? Dans un mois ? Dans une semaine ? Demain..? Arrête ! Et même en pensant ça, il ne pouvait plus s'arrêter. Même si ils étaient de centaines à le séparer de son corps, il résisterait pour chercher encore les lèvres du tireur. Les sanglots finissent par s'estomper, laissant place au désire. Au point où j'en suis.. Au point où tu en es tu ne peux plus reculer, sinon tu le regretteras. Même si juste après il s'en va et que tu souffres mille fois plus, au moins tu auras pu profiter quelques heures de la chaleur de sa peau.

Il remarque que le bain est déjà coulé, l'eau fumant un soupçon prouvant que la température sera bonne. Squalo le pousse dans la baignoire, encore habillé, mais il s'en fiche. Il veut détruire cette odeur insupportable, il veut retrouver uniquement la senteur de son boss. Xanxus réclame l'accès à sa bouche avec sa langue, et le squale ne se fait pas prier pour l'ouvrir et lui laisser. Leurs langues se taquinent, s'éloignent et se retrouvent, dansent dans un sens puis dans l'autre. Squalo ressent la pression qu'exerce petit à petit le brun sur son corps, comme pour lui prouver qu'il est déjà dominé, qu'il lui appartient déjà. Le bretteur échappe un gémissement, puis dans la tension de la situation et poussé par l'excitation grandissante, il rompt le baiser pour aller susurrer à l'oreille de son boss ;

« Je veux être tien.. pour toujours... »

Sa voix est tremblante, mais les mots sont sincères, bien que l'argenté se demande encore de quelle façon il a réussi à les extirper de son intérieur. Il remonte ensuite son genoux contre l'entrejambe du tireur et cambre son corps légèrement vers l'arrière en passant une main dans les cheveux ébène maintenant mouillés. Il veut lui appartenir complètement, lui offrir chaque parcelle de son corps, de son cœur. Son regard devient vitreux, plein d'envie, et il remonte aux lèvres de son amant pour les cueillir. Une nouvelle fois, les lèvres au goût amer de Xanxus son plaquées sur celles de Squalo, et leurs langues dansent, le brun mordille l'intruse, faisant gronder son bras droit de plaisir. l'eau ondule autour de leur corps, dégoulinant des longs cheveux de l'argenté. Un flot de pensées traversent l'esprit de l'argenté. Il voudrait être à lui éternellement, il voudrait lui appartenir pour la vie entière, mais... est-ce que ce sentiment est partagé ? Est-ce que l'homme qui se tient en ce moment contre lui ne désire que lui et lui seul, et pas une autre femme ? A t-il une chance de mourir avec cet amour partagé ? Il tente de balayer ses pensées. Il doit profiter de l'instant qui s'offre à lui. Il déboutonne le pantalon du brun avec dextérité et fait glisser la pièce de l'uniforme le long de ses cuisses musclées. Il embrasse le cou de l'homme aux cicatrices avec beaucoup de tendresse. Il sait que le brun n'aime pas être tendre, et c'est justement ce qui l'excite au plus haut point. Il veut le provoquer, l'énerver, mais l'exciter lui aussi pour que leurs moments à eux deux soient plus forts à chaque fois. Il veut être dominé, il veut subir tous ses coups et tous ses fantasmes. Le vêtement est expédiée hors de l’eau de l’immense baignoire, inondant à moitié la salle de bain, s’écrasant sur le sol dans un bruit lourd et dégoûtant.


____________*_*________


Dernière édition par Superbi Squalo le Sam 13 Aoû - 10:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://k-hitman-reborn.rpg-boards.com/
Xanxus.
Cielo
Cielo
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 31/07/2011

Feuille de personnage
Anneaux:
Arme :
Argent:

MessageSujet: Re: A volte i sogni prendono vita... [Pv : Xanxus]    Sam 13 Aoû - 9:51

    Un baiser à l'état pur, brut, natif, volcanique, quel pied ! C'était meilleur que tout, meilleur que la tequila, mieux que du bourbon, mieux que les flingues, la dope, coke, crack, fitj, joint, shit, shoot, snif, pét’, ganja, marie-jeanne, cannabis, beuh, péyotl, buvard, acide, LSD, extasy. Mieux que le sexe, mieux que la fellation, soixante-neuf, partouze, masturbation, tantrisme, kama-sutra, brouette thaïlandaise. Mieux que le steak bien cuite et fumant et la guitare électrique. Mieux que la liberté. Mieux que la vie... Tu me fais dire n'importe quoi. Héhé. Je connais qui a regarder le film ; jeux d'enfant. La ferme. L'eau coule... Ah... Il le veut le faire dans l'eau. Tout se passa vite sans que tu y comprennes quelque chose. Tu te retrouves dans l'eau chaude. Avec lui. Corps à corps. A ce moment tu voulais lui crier dans injures mais le baiser fougueux t'empêches et tu lui réclames l’accès de sa bouche avec ta langue.

    « Je veux être tien.. pour toujours... »

    Tu aimes posséder. Tu aimes avoir. Tu aimes les « mon », « ma », « mes ». Tu aimes toutes ces marques de possession. Tu aimes Squalo. Il semblait en avoir tellement envie. Tu te presses contre ses lèvres, avec peu être une dose de brutalité plus forte que tu ne le pensais. Toi-même tu perds le contrôle face à cette beauté et ce parfum si particulier. Il se cambre légèrement en arrière pendant que tu déposes des doux baisers avant de le mordiller, tu l'aimes lui et son âme. Tu te presses contre son corps, sentant son ventre contre le tiens, le tissus de son haut contre ton torse brulant. C’était puissant. Attractif. Tes mains parcouraient son corps, se perdaient dans ses cheveux humides qui commençaient à devenir plus sauvage sous les étreintes. Tu revenais une fois de plus à capturer ses lèvres, tu l’embrasses avec cette force puissante que le désir propulsait dans tes veines, tu sentais le sang palpiter dans ses lèvres. Tu avais envie d’y goûter. Encore. D'un geste brutal, tu lui arrache les boutons de son uniforme en dévoilant aussi son torse. Tes lèvres glissèrent sur sa nuque, prenant ta dose de son parfum une nouvelle fois. Glissant sur son épaule. Goûtant sa clavicule.

    « J’ai besoin de toi. Je n’ai besoin que de toi pour vivre. C'est que dans la fatalité, quand je pense que je vais vraiment te perdre, que je me dis que c'est de toi dont j'en suis réellement amoureux. Tellement amoureux que je te vois partout... »

    Que de plus pour le prouver ? Des mots en plus ? Des gestes ? Il remonte son genou contre ton entrejambe et cambre son corps vers l'arrière en passant une main dans tes cheveux ébène maintenant mouillés. Tu captures une nouvelle fois ses douces lèvres pendant qu'il déboutonne le pantalon. Tu frémis. Le cou est la partie la plus sensible de ton corps. Tu lui arrache l'uniforme et ainsi que le pantalon. Puis tu prends le gel douche. N'importe lequel. Il fallait te débarrasser de ce parfum de femme qui était collé à ta peau. Tu ouvre le bouchon. Tu en déverse la moitié sur ton corps avant de te coller à ton ange. D'un voix perverse mais douce tu lui chuchote à son oreille.

    « Lave-moi de tout mes péchés, punis-moi jusqu'à t'en puisse plus. Mon amour. »

    Tu savais parfaitement qu'il déteste qu'on le surnoms de ces noms affectifs. Il se mettre en rogne et il te fer mal. Xanxus, tu es un gros masochiste doublé d'un idiot accomplis. Il t'a fallu dix ans pour savoir que ta destinée est avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 78
Date d'inscription : 27/03/2011
Age : 27
Localisation : Château Varia

Feuille de personnage
Anneaux: Anneau Varia de la Pluie
Arme : Épée // Boîte animale "Grande Piogia Squalo"
Argent: 10 000 ¥

MessageSujet: Re: A volte i sogni prendono vita... [Pv : Xanxus]    Sam 13 Aoû - 10:30


Sacrifici..............................

......per l'amante...



D'un geste aussi brutal que l'argenté aime, le brun lui arrache sa chemise et descend ses lèvres jusqu'au début de son torse. Le squale n'en peut plus, il est en sueur, il respire fortement et lui lance des regards fiévreux. Il lui a juré fidélité, mais maintenant, c'est une toute autre promesse que celle qu'il a faite lorsqu'ils avaient des années de moins.

« J’ai besoin de toi. Je n’ai besoin que de toi pour vivre. C'est que dans la fatalité, quand je pense que je vais vraiment te perdre, que je me dis que c'est de toi dont j'en suis réellement amoureux. Tellement amoureux que je te vois partout... »

La profondeur de ses mots fait tressaillir le requin qui se cambre un peu plus encore, lui offrant chaque parcelle de peau qu'il découvre petit à petit. Il remonte son genoux contre l'entrejambe du brun lui tirant un grondement, puis il couvre son cou de baisers et de passages de sa langue. Xanxus attrape une bouteille de savon liquide et en fait couler sur son corps avant de se coller à nouveau contre lui.

« Lave-moi de tout mes péchés, punis-moi jusqu'à ce que t'en puisse plus. Mon amour. »

La mâchoire de l'argenté se referme lourdement et fermement sur le cou de son amant, serrant jusqu'au sang avec férocité. Mon amour ? Ne recommence jamais ça... Tu sais qu'il te provoque en disant ça, tu sais qu'il veut que tu sois violent. Sauf que tu recherches la même chose que lui. Tu as envie d'être malmené, d'être violenté par cet homme. Mais tu préfère que son plaisir passe avant le tien, même si il te dégoûte de ce qu'il a fait, même si en faisant ça tu lui donne raison sur toute la ligne.

Il plonge son regard dans celui du brun et frémit à l'air indescriptible qui se lit sur son visage. Squalo retire ce qui reste à son amant en parcourant son corps de baisers et de caresses. Il passe sur des endroits sensibles qui rendent fou le tireur, il resserre parfois même ses dents sur sa peau. Mais son boss n'en redemande que plus encore. Le dernier vêtement est retiré, et le brun est de nouveau nu devant son amant, comme il y a dix ans. Presque au même endroit. Sauf que les années passées n'ont fait qu'amplifier le plaisir des retrouvailles, faisant de cet instant une merveille. Le requin passe ses mains dans le dos de son supérieur et laisse glisser ses doigts doucement le long de la peau voluptueuse qui s'offre à lui. Puis il s'empare soudainement de la virilité de son amant et applique un rythme soutenu qui fait gronder le brun.

Tu lui cède encore Squalo ? Tu le domines alors que tu ne sais même pas faire, alors que tu voudrais être à sa place. Depuis quand tu te tais face à quelqu'un ? Depuis quand écrases-tu tes désirs pour les yeux de quelqu'un d'autre ? Est-tu vraiment si amoureux ? Tu espère qu'il te sera reconnaissant un jour. Tu pries pour qu'au moins il n'oublie pas tout ce que tu as fait pour lui, aujourd'hui comme depuis des années, et pour tout ce que tu feras encore pour ses beaux yeux enflammés de rouge. Tu serres légèrement le membre que tu tiens en main sans vraiment t'en rendre compte, et tu accélères le mouvement qui lui procure du plaisir. Xanxus...

« Je te hais. »

..je t'aime... Tu lui as dit ça d'une voix la plus froide possible, tu veux tenter de le persuader. Pourquoi faire ? Tu assouvit ses fantasmes alors pourquoi lui fais-tu croire que tu le détestes ? Tu veux qu'il te fasse sien, mais tu tairas cela si ce n'est pas ce que lui il veut.

Squalo lâche le membre dur du brun et frotte tout son délicieux corps avec le gel qu'il a mit un peu plus tôt. Il passe ses mains sur toutes les zones de son corps, parfois doucement, parfois brutalement. Ses dents arrivent une nouvelle fois contre son cou et y laissent des traces profondes, et les grondements du brun résonnent dans toute la pièce. L'eau lui procure une agréable sensation sur le corps, et ses cheveux flottant à la surface dessinent des arabesques argentées. L'onde transparente se mouve au rythme de leurs caresses, de leurs baisers, et de la main du squale qui vient de reprendre le sexe de son amant.

____________*_*________


Dernière édition par Superbi Squalo le Lun 22 Aoû - 8:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://k-hitman-reborn.rpg-boards.com/
Xanxus.
Cielo
Cielo
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 31/07/2011

Feuille de personnage
Anneaux:
Arme :
Argent:

MessageSujet: Re: A volte i sogni prendono vita... [Pv : Xanxus]    Mer 17 Aoû - 15:57

    Un long frisson parcourt ton corps. Une morsure qui marque l'appartenance. C’était bon. Terriblement bon. Ils sont là. Nu. Dans une étreinte passionnée. Le cœur au bord des lèvres, le souffles cherchant à l’expulsaient. Tu te perds. Les sentiments emportent le dessus. Des baisers. Des caresses. Des morsures. Eteindre le cerveau. Se laisser capturer par les sentiments. Se laisser submerger par le plaisir. Par le désir. Par l’envie. Tu te perd tu le sais ? Dans ses yeux d'argents. Dans tes caresses. Dans tes baisers. Tu perds un peu de ton humanité. Tu perds un peu de ta monstruosité. Tu crois que tu perds beaucoup. Mais la récompense est si jouissive. Sans mauvais jeux de mot. Un léger grognement rauque s’échappa de ta gorge, seul son autre que ton souffle saccadé qui s’échappa de ta gorge.

    « Je te hais. »

    Et moi je t'aime encore plus chaque jour. Sa voix froide ne fit qu'enfoncé le couteau dans la plaie. Tu le regardes aussi froidement en le saisisant par une poignée de cheveux. Le jour où tu me rediras que tu me hais, prouve-le moi en te coupant les cheveux et casse-toi du château. Tu le lui diras vraiment ? Si il me hait, oui. L'ange prit le dessus. Ce n’était pas dans tes habitudes. Tu n’aimais réellement pas cela. Mais là. Dans le feu de l’action. Sa t’importait peu. Vraiment peu. Tu le griffes. Légèrement. Pendant qu'il se frotte contre toi. Il replante ses crocs là où il ta mordu. Tu échappes un cri de douleur. Il va me le payer. Tu tends ton bras pour prendre un objet pointu. N'importe lequel. Il doit faire mal, il doit lui laisser une longue trace. Une lame de rasoir. Un petit rictus apparaît sur ton visage. Quelque chose de malsaine, de démoniaque et sournois. Mon ange tient toi prêt. Ta main précédemment ensanglanté à cause du verre cassée empoigne son bras. Tu le force à se relevé un peu. A te faire face. Ton autre main tu tient la lame, caressant son bras, remontant vers sa nuque. Entaillant légèrement sa joue. Ta langue passe sur celle-ci pour recueillir ce précieux sang. Tu aimes ce goût, ces senteurs ferrailleuse. Ta lame parcoure son dos.

    Tu le mords. Subtilement. Des marques s’effaceront dans quelques heures. Tu le marques, d’un suçon, au creux du cou. Il était tient. Et tu veux qu’on sache que tu étais passé par là. Que tu l’avais dompté. Tu lui avais fait perdre pied. Que tu l’avais comblé. Tu te décides donc en faire de même, s'occuper du bas. Tes pulsions violentes reprirent le dessus. Tu plantes tes ongles sur son dos après que la lame est tracé un long chemin. Tu te redresse. Tu jettes plus loin la lame de rasoir en reprenant une poignée de ses cheveux. Pendant que ton membre le pénètre doucement. Tu as l’agréable impression d’avoir un tigre sous les mains. Doux. Sauvage. Son corps se cambrant avec souplesse sous tes mouvements. Sous tes baisers. Félin. Dans cet instant primitif où l’homme oublie totalement tout civilité et revient à ce qui faisait de lui un redoutable prédateur. Son corps était brulant. Pourtant, que ce soit tes mains, tes lèvres ou ton cœur tout entier, Tu ne pouvais te détacher de lui. Le plaisir pulsait dans tes veines comme une drogue encore plus enivrant que l’alcool. C’était. Violent. Passionnel. L’extase dans sa forme la plus pur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 78
Date d'inscription : 27/03/2011
Age : 27
Localisation : Château Varia

Feuille de personnage
Anneaux: Anneau Varia de la Pluie
Arme : Épée // Boîte animale "Grande Piogia Squalo"
Argent: 10 000 ¥

MessageSujet: Re: A volte i sogni prendono vita... [Pv : Xanxus]    Lun 22 Aoû - 8:55


Piacere.....................................................

...allo stato grezzo...



Alors que le requin commence à prendre le dessus sur son tyran adoré, ce dernier lui cramponne les cheveux puis lui lacère le corps, le griffe, le mord. Un suçon est laissé sur la peau porcelaine du cou de l'argenté, lui prenant en même temps un gémissement. Soudain, le brun attrape une lame de rasoir et laisse une fissure sanguinolente sur la joue de Squalo qui échappe un grondement de douleur mélangé au plaisir des gestes de ce genre. Le fer tranchant parcourt lentement son dos, laissant des marques qui mettrons sûrement du temps à s'effacer mais qui au fond lui auront fait tellement de bien. L'argenté porte sa main à son visage pour cacher son émotion et étouffer ses cris d'excitation. Xanxus lui saisit fermement le poignet et le force à retirer cette barrière. Il veut tout voir, il veut tout entendre. Le corps de Squalo est tremblant de plaisir lorsqu'il sent deux lèvres appuyer sur l'extrémité de son membre, et la main du brun qui se balade inlassablement sur chaque endroit de peau, redessinant son corps. L'argenté agrippe les cheveux ébène du propriétaire de son propre corps. L'orifice buccal de Xanxus descend le long de sa virilité, lui arrachant un long gémissement de plaisir. Le requin passe ses mains dans le dos de son supérieur et laisse glisser ses doigts doucement le long de la peau voluptueuse qui s'offre à lui. L'homme aux cicatrices continue son petit manège puis remonte le long de son corps pour s'emparer des lèvres avec force, les mordant. Les positions s'inversent et Xanxus enfonce ses ongles sous la surface de son dos, lui maintenant les hanches, rentrant sa virilité à l'intérieur du squale devenu fiévreux. Le requin écarquille les yeux et ouvre la bouche pour laisser filer ses gémissements. A cet instant précis, il se sent possédé par l'homme à qui il voulait s'offrir. Ça y est, ils ont dépassé la dernière limite, celle de l'extase, celle qui renforce leur indéniable lien. Le corps de Squalo se cambre, se tord sous les coups de reins du plus vieux. Il se sent renaître, mais c'est une toute nouvelle forme de vie, encore plus intense qu'il y a dix ans. Il plante son regard d'acier dans les prunelles vermillon de son supérieur, et il arrive à voir au delà de son visage froid. C'est ça, ce lien qui les rends aussi unis. Il connait tout de l'autre. Chaque regard, chaque expression qui cache la véritable, chaque mouvement.

Squalo hurle de plus en plus fort, et son corps convulsé et cambré au maximum. Il a renversé sa tête en arrière et posé son bras sur son front, s'extasiant de chaque coup bassin touchant maintenant son point sensible. Chaque seconde est unique. Il se met maintenant à hurler le nom de son amant, rougissant encore plus. Il lui appartient. Il veut lui appartenir pour toujours. C'est un mauvais jeu que l'amour, mais il lui est impossible de résister à cet homme. Il pourrait donner sa vie et ce qu'il a de plus cher pour passer l'éternité collé contre ce corps. Chaque minute est merveilleuse. Le souffle rauque et irrégulier du brun contre sa peau renforce l'extase de l'argenté. Leurs corps se contractent, la fin est proche. Mais ce ne sera que la fin du début. Du début d'une longue nuit à ses côtés. Chaque caresse est plus parfaite que la précédente. Et là, collé contre ce corps, possédé par cet être tant rêvé, inspirant l'odeur de son amant, il se sent bien. Pour la toute première fois de sa vie, il ressent pleinement autre chose que la douleur, la haine, ou la violence. Pour la première fois de sa vie, il a enfin eu celui qu'il désirait par dessus tout depuis plus des années. Si il avait toujours conjugué l'attente et l'envie à l'imparfait, le plaisir qui lui était offert ce soir était à conjuguer au plus-que-parfait. C'est du bonheur pur, brut. De la délectation à l'état sauvage. De la jouissance extrême.

Depuis quand tu te laisses faire de la sorte avec quelqu'un ? Te soumettre à cet homme était donc bien ton fantasme ? L'euphorie est là, pareille qu'il y a dix ans. Non. C'est encore mieux, c'est encore plus intense. Parce que même si il t'a blessé, il a sûrement dit des mots que tu voulais entendre. Tu le contemples avec gourmandise et tes doigts agiles parcourent sa peau. Le moment est fort, tu te sens vivant. Ce qui était un jeu devient une réjouissance, et son charme indomptable est entre tes mains cette nuit. Tu fermes doucement les yeux, continuant de gémir, espérant que la nuit te gardera de longues heures.

Tout leur être se crispe encore, et dans un râle d'extase commun, ils se libèrent. Mais ce n'est que le début, et déjà leur corps essoufflés se cherchent. Leurs lèvres se rencontrent, leurs langues se taquinent, leurs doigts s'entremêlent, et leurs souffles à peine calmés sont de nouveau irréguliers par leurs caresses mutuelles. La semence de l'argenté, projeté entre leurs deux corps et à moitié dissipée dans l’eau, souillant le torse de Xanxus, se voit bien vite recueillie par la langue envieuse du requin.

____________*_*________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://k-hitman-reborn.rpg-boards.com/
Xanxus.
Cielo
Cielo
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 31/07/2011

Feuille de personnage
Anneaux:
Arme :
Argent:

MessageSujet: Re: A volte i sogni prendono vita... [Pv : Xanxus]    Dim 28 Aoû - 12:35


    Tu as cru frôler le ciel, comme happé par un rêve trop réel, une sorte d'absolu divin, un fantasme et puis éclat des sentiments. Tu avais cru jamais retomber, fièvre et opéra du soir, les baisers et les griffures passionnées que vous vous infligez dans la salle de bain. Vous êtes des malades. Tu as maintenant compris que tu l'aimes trop fort, pour pouvoir risquer la perte, pour pouvoir oser la mort. Tu y crois. C’était toi, Xanxus, grand Boss de la Varia, agrippé trop fort à son corps qui te fuyait, et on, c’était toi tout seul, toi et tout ce que tu t’étais imaginé, toi et tout ce que tu avais pu penser, des films sans queues ni têtes, des bouts et des fragments qui mis ensemble avaient créé une réalité faussée. Tu lui as fait croire que tu as couché avec un autre... Mais quand l'alcool 'est estompé tu avais les idées plutôt claire. Vous vous êtes chamaillés comme deux gosses, elle ne t'a d'ailleurs jamais remercié pour lui avoir bandé sa cheville. Soyez gentleman avec les femmes, elles vous rendes bien. Surtout que ça te fait chier que Squalo avait raison sur la gente féminine ; Elles sont des vipères. Elle t'a mordue, saigner, tirer les cheveux, te fracasser la tête avec la bouteille de champagne. Tu lui mordu, griffer au visage, tu l'as écrasé sa cheville, tu lui arraché une touffe de ses cheveux. Vous êtes giflés, donner des coups de poings, des coups de pieds, chatouiller aussi, mordu, cracher au visage. En gros, tous les deux, vous vous êtes inutilement bagarré comme des gamins de sixième. C'est de sa faute, elle avait qu'à me remercier pour lui avoir soigner sa cheville.

    Tu voudrais lui faire comprendre que le seul autre amant qu'il pourrait avoir c'est le vide éternel qui vous séparerez. Glissant tes mains fiévreusement sur son corps. Tu respirais fort. Et a chaque inspiration tu sentais ton cerveau se perdre dans les fragrances de son parfum et de son plaisir. C’était si… puissant. Depuis combien de temps leurs étreinte durée ? Aucune idée. Quand elle s’arrêterait ? Sûrement dans plusieurs heures encore. Quand les forces ne seront plus. Quand le corps n’en pourra plus. Quand les esprits seront rassasiés. Encore. Encore. Tu voulais le faire ton tien. Totalement. Le laisser épuisé. Vidé. Tu voulais le volé. Oui. Lui cette lueur au creux des yeux. Lui volé cette boule de beauté au creux des côtes. Tu ne faisais plus qu’un avec lui à présent. Vos étreintes se faisant plus proche. Comme si vos corps ne pouvaient se détacher l’un de l’autre. Qu’important. Tu sentais la sueur de l’effort sur ton corps, des perles d’humidité naissant au bout de tes mèches ébène.

    Un dernier effort et tu le lâches. Tes lèvres cherchaient les siennes. Les trouver. Les taquinaient. Les torturaient. Les volés. Il léchait la semence pendant que tu retrouves calmement ton souffle. Il y a peu de temps, il pleurait. Tu ne le supportes pas de le voir ainsi. Tu aimes Squalo. Tu l'as toujours aimé. Comme tu as toujours aimé les beaux objets luxueux et l'Opéra. Squalo comme le plus beau de tous, lui qui vingt ans durant, a égayer de sa beauté cisaille et de son charme digne des pièces de ton royaume. Tu n'aimes pas le voir pleurer Tu avais donc senti qu'il attendait quelque chose, qu'il souffre d'une fin imminent de ces tourments qu'ils le rongent. Pour ne pas sentir que tu le perds à nouveau il va falloir communiquer, tu te sentais enfin prêt à t'unir officiellement avec lui.

    « Squalo... »

    Rare et inhabituel de l'appeler par son prénom. Tu plonges ton regard dans le sien, ces deux perles d'aciers éclatantes sur son visage si pâle. Cette beauté bouleversante. Oui mon bel ange. Tu es magnifique. Parfaitement magnifique. N’importe quel amoureux de la beauté tomberait sous ton charme.

    « Je suis qu'un salaud qui t'as pourri l'existence sentimentalement au point même que ton coeur est fissuré dont je serais plus capable de le soigner complètement. Le seul passé sur lequel je n'ai pas tiré un trait, c'est toi, Squalo. » Ta voix devient plus faible. « Il n'y a que vers toi que je retourne. »

    Et c’était la fierté qui revenait au galop, les chuchotis de son instabilité qui reprenait le dessus. Ton coeur à l'impression de faire Crac ! Bim ! Chpouf ! Zbam et de se cogner dans tous les sens comme une balle super rebondissante. C'est ça d'avouer ce qu'on ressent REELLEMENT aux gens. Ça change des mensonges , des doutes qu'ils leur font ronger la cervelle, les nombreux promesses vite oubliées dès au premier verre de tequila, les baiser salement et ne prend que ton pied, elles se jettes toutes sur toi, goûtant à tes lèvres, mordre chaque parcelle de ta peau. Ah comme tu as nombreux fois dégoûté. Puis il y a eu ce soir là, c'était la première fois que c'était divinement divin. Tu glisses tes mains sur son corps, l’attirant un peu plus vers toi. Reste contre moi. Reste avec moi. Tu le sens encore. Tu le sentiras longtemps. Cette odeur sur sa peau. Gravée dans ta mémoire.

    « Je t'aime. »

    Tu en voulais dire plus mais ta gorge se resserre de plus belle et aucun son ne peut sortir. Tu te lèves en sortant de l'eau, en te séchant avec une serviette et enfiler un peignoir avant de quitter la salle de bain. Oui... Tu te sentis mal, mal de l'avoir brisé au point de l'imaginable parce que tu n'étais pas capable d'avoué tes sentiments. Tu t'enfermes dans ta chambre en t’asseyant sur ton lit, les mains sur la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A volte i sogni prendono vita... [Pv : Xanxus]    

Revenir en haut Aller en bas
 

A volte i sogni prendono vita... [Pv : Xanxus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un vent de révolte chez nos frères Mapuches ?
» fate testarossa,vita chan et les autres.
» [Tentative de révolte] Feodorowka (25/09/1457)
» Amore & Vita Conad by Guylianno
» Jouer tous ensemble sur ps3,xbox,wii,ds,ps vita

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KH-Reborn RPG :: La Partie Rpg :: Italie :: Chateau de la Varia-